Planète JR…


De ma galaxie, le dimanche 30 août 2015 à 01h30/8h15

Entre l’endroit d’où j’écris ces quelques phrases et ma cuisine, il y a un décalage de 6h45′, et les deux pendules fonctionnent! Depuis quand le fuseau horaire de la cuisine s’est modifié, ça, je n’en sais rien? Il y a sans doute eu une fracture au sol, les lames du parquet ont du s’abaisser et glisser les unes sous les autres et ainsi modifier et décaler la position des fuseaux « appartementaires » (je ne vois que cette explication…?!)

DSC05642

Les aiguilles de pendule de cuisine tournent encore à cet instant à l’envers, c’est déjà arrivé dans le passé et pendant ce labs de temps « gagné » il arrive plein de situations curieuses, comme s’il m’est permis de rectifier la réalité, celle d’aujourd’hui, et revivre l’avenir avec plus de chance….Cool….!

J’espère alors du mieux, du beau, du bon … (Dubonnet…. 🙂   🙂   🙂   )

Comme demain, je lègue temporairement mon corps à la médecine et…. à la science, j’aimerais connaître quelques joies espérées dans cette journée, des situations améliorées et des dénouements heureux…

C’est bon de vivre dans une autre galaxie, sachant mes erreurs commises dans le passé, de nouvelles chances s’offriront peut-être à moi…?!

Oups, j’ai oublié de prendre mes médicaments………………. Allez, ciaoooo les voisins de la planète terre… 🙂

Ces faits ont été vérifiés et sont rigoureusement exacts…

Publicités

En détresse…


…une journée ordinaire clôturée par un fait extraordinaire!

La détresse est partout, elle plane, elle frôle, elle guette chacun de nous puis, sans expliquer comment ni pourquoi, elle s’abat sur une proie, la broie, la détruit. Hier soir, peinard, tranquille, les nombreuses obligation de l’éternel vacancier que je suis, je réponds à un coup de sonnette inattendu. J’ouvre la porte sur une personne aux yeux hagards, les mains tremblantes et les yeux humides;

  • Oups, que ce passe t’il?
  • Je n’en peux plus, puis-je te parler car là je ne sais plus, c’en est trop, j’ai peur d’aujourd’hui et surtout de demain…

Je l’invite à entrer, nous passons au salon et j’écoute, j’écoute avec attention, méthodiquement aussi en commençant à ranger ces phrases au mieux afin de livrer au final un sentiment, certes à chaud mais en prenant garde de ne pas, ni dénaturer les propos ni les envenimer et garder au mieux l’esprit clair. Mais je crois tout de même que mes yeux reliés au cerveau encaissaient les nouvelles avec certaines réactions non contrôlées, eux.

Il s’en est suivi une longue discussion, pour tout d’abord apaiser, puis analyser ensemble et guider du mieux possible.

De longues minutes ont passées, pas un bruit extérieur n’a dérangé ce moment tant j’étais absorbé et abasourdi par tant de détresse exposée.

Vint le temps de la séparation, chacun de nous seul avec nos pensées au début d’une nuit annoncée déjà mouvementée…

J’étais remué, dispersé, et j’ai même un instant failli succomber à la prise d’un remède pour espérer trouver un calme relatif. Mais j’ai tenu bon, un « Vodkalium » ou un « Prowhiskyzac » n’auraient pas fait évoluer la situation, cela n’aurait servi à rien.

Ce matin, malgré une belle journée en perspective, plane une surdose de sentiments confus et de précarité, rien n’est jamais définitif dans une vie… Chaque jour tout est à recommencer, entretenir, pour sauvegarder un soupçon d’équilibre social, mental, normal…. pour espérer un…

DSC03408

………………………………..

Fais pas ci…fais pas ça…


…Il ne faut pas dire ça…panneaux_routier

(Ecrit il y a deux ans, publié aujourd’hui)

il fallait tourner là…Non, pas tout de suite…après, pas si vite, mais avance!images TOURNER LA ce n’est pas ce qu’il faut faire… on ne n’a pas le droit… ce n’est pas autorisé… on va être en retard… tu n’aurais pas du… tu fais la tête… arrête un peu… il est l’heure de… non, pas maintenant… tu rentres tard… t’étais où…

Et le fameux « qu’est-ce qu’on mange? »

Question: Mais pourquoi tout ça?                                    Réponse: PARCE QUE…..!!!!!!!!!!!!!!

Ça pousse tranquille…


Châtillon sur Chalaronne, ville fleurie par excellence, accueille, tous les ans, le deuxième week-end de septembre au Clos Janin, les spécialistes Français et même Européens des plantes rares.

a0bdaedc8892eba0562b18a08d3c4ec4- MARCHE AUX PLANTES RARES DE CHATILLON

Espace où je suis « classé hors concours »… 😉

…ATTENTION… !


…Ne sortez pas aujourd’hui…!

Le massacre de la Saint-Barthélemy est le massacre de protestants déclenché à Paris, le 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélémy, prolongé pendant plusieurs jours dans la capitale, puis étendu à plus d’une vingtaine de villes de province durant les semaines suivantes.

Francois_Dubois_001

Cet épisode tragique des guerres de religions (déjà et surtout à cette époque!!!) résulte d’un enchevêtrement complexe de facteurs

…(mais alors, la Poste était dans le coup???!!!),

…aussi bien religieux et politiques que sociaux. Il est la conséquence des déchirements militaires et civils de la noblesse française

…(ah ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne…)

…entre catho et protestants (pour convertir un catholique, il suffit de lui botter le derrière, il se retourne alors en protestant….Oui, je sais, c’est lamentable), notamment de la vendetta

…(ahhhh, l’adorable mot …!)

…entre le clan des Guise…

…(célèbre troupe adepte du camouflage par l’art de se déguiser?!)

…et celui des Chatillon-Montmorency.

…(origine du terme « la cerise » appélé également « guigne »)

…Il est le résultat d’une sauvage réaction populaire, ultra-catholique et hostile à la politique royale d’apaisement. Il reflète également les tensions internationales entre les royaumes de France et d’Espagne, avivées par l’insurrection aux Pays-Bas.

— Tiens, je vais aller faire un p’tit tour, tout ça m’a excité les sens…ah oui, faire le plein de la moto! 😉

calendrier, histoire et brin d’humour…

P…P…P


Ou « Petite Partie de Pêche »…

Paladru, le lac…enfin pas loin, tout à côté.

Mon ami R, dans le même état de réflexion m’a proposé une sortie gauloise, enfin avec des gaules, pas des menhirs!!!

Nous voilà partis, de bonne heure, 8h30, presque de bonne humeur, le matos dans son automobile, je ne parvenais même pas à boucler la ceinture de sécurité tant il y en avait de ce matériel (dont je ne me suis pas servi depuis de si longues années). Le principal étant de prendre un gros bol d’air…

C’est ici, non là, il faut tourner là, prendre la sortie X, mince nous nous sommes trompés!!!

Bref, pour un parcours de 115 kms et après trois bonnes heures de route, nous arrivons enfin!

Oups, où se restaurer, pas prévu ça……Une petite épicerie locale a bien fait l’affaire. 🙂

Quatre heures ont passées depuis notre départ et rien dans la bourriche! 😦  Mais qu’est-ce qu’il faisait beau! Le paysage était fantastique, pas de vent, du soleil et du vin rosé!!!

Puis la bonne fée du lac est arrivée…

Une journée particulièrement agréable, un moment délicieux dans un monde sans tumulte….

Je reviens doucement….


…après un long périple au pays de nulle part, là où tout se confond dans un décors monochrome et où tous les reliefs se fondent en une seule masse. Le voyage fut long tout comme les nuits qui l’ont terni.

C’est bien simple, depuis l’été dernier, j’ai eu l’impression de tourner un « remake », pas forcément amélioré, de:

Sur la route de Madison…

DSC05589

Mais revenons à aujourd’hui car mes états d’âme ne doivent encombrer que moi…

Les derniers vacanciers envisagent déjà de rentrer pour onze mois dans leur repaire qu’ils ont momentanément quitté, oublié pour visiter d’autres lieux plus clairs, plus chauds, plus colorés, plus dépaysants aussi pour laisser s’exprimer leurs rêves, leurs envies, leurs besoin de rencontre et de temps, tout cela est nécessaire pour recharger des batteries trop sollicitées et souvent déchargées…

Aujourd’hui la pluie tombe timidement et contribue à faire régner un silence malgré les « pchiiiiits » des pneus d’automobiles, rares en ce dimanche après-midi. La pendule avance inexorablement,  ce qui nous rapproche de l’effervescence d’une rentrée prochaine, d’une nouvelle programmation du temps, d’une autre organisation du quotidien travail/école, des obligations de chacun pour aller au bout de « je ne sais quoi » mais pourtant indispensable pour vivre « normalement« .

Et puis il y a moi,  qui me fiche bien de tout ça, qui revient avec la ferme intention de ne pas me laisser « embrumer » par la routine, l’ennui et aussi les servitudes que l’on se créées trop souvent…

DSC05597

Voilà pour l’introduction de ce billet, maintenant, après avoir profondément plonger dans le « glauque » il est temps de passer au surnaturel, l’inattendu, l’insolite.

Lors d’une étape, j’ai fait la connaissance d’un groupe attachant, une famille hors du commun, treize porcs car ils pratiquent aisément la discipline du ballon (peu importe le cépage!), le grand-père, le père, la mère et dix enfants…le personnel complet d’une équipe de foot avec le « staff »! La France profonde avec un goût de terroir très prononcé…Une combinaison entre la famille Adams et la famille groseille… !     🙂

La suite, si je la racontais nuirait à la magie du moment ainsi qu’au bon côté des ces gens rudes mais purs du côté de l’âme car tellement entiers.

Alors…………………..

Ce sont peut être eux qui ont mis un terme à cette sorte du brouillard qui m’empêchait de tout voir, pas besoin de d’aller très loin, il suffit de rencontrer les gens…