Nuit blanche à Ok Coral


Tout le monde est parti, il y a longtemps que je n’avait pas organisé une belle fête comme celle-ci, avec bougies car il y a eu des coupures de courant cette nuit. C’était même un plus!

Je rangerai plus tard car je vais aller enfin dormir, dormir, dormir…

S’il vous plait, n’appelez pas, accordez-moi quelques heures de repos afin que je suis frais et disponible.

Passez un bon dimanche mais attention, le vent est encore violent, pas de skate-board, ni de vélo et pas de moto non plus…..

Bisatous Bye baille………

Publicités

Tournois des six nations


  • Et là, y’a rien?

  • Classement 2010 au 27 février

     

    Nations P J G N P p c. Diff Essais
    1 France 6 3 3 0 0 77 39 38 7
    2 Angleterre 4 3 2 0 1 63 49 14 5
    3 Irlande 4 3 2 0 1 59 60 -1 6
    4 Pays de Galles 2 3 1 0 2 68 80 -12 7
    5 Italie 2 3 1 0 2 39 58 -19 2
    6 Ecosse 0 3 0 0 3 45 65 -20 2

    Légende

    J = matches joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus; p = pts marqués; c = pts encaissés; diff = p-c

    Suite et résultats après les matches du 27 février 2010.

    Prochainement:

    Samedi 13 mars 2010

  • 15h30 Irlande Pays de Galles

  • 18h00 Ecosse Angleterre

  • Dimanche 14 mars 2010

    15h30 France Italie

    Samedi 20 mars 2010

                                     15h30 Pays de Galles Italie                             18h00 Irlande Ecosse

  •                              20h45 France Angleterre

  • C’est le pied


    ………Qui va bien (le droit, dont le troisième orteil en partant de la gauche). J’en déduis que le traitement consiste en ceci:

    – Une bouteille de Sancerre en apéro

    – Une salade d’endive (toute simple)

    – Une tête de veau avec petits légumes

    – Accompagnée d’un Montagne Saint Emilion-Chateau Plaisance Branne

    – Fromages variés

    – corbeille de fruits

    – Café avec petites douceurs (cake, chocolat suisse, p’tite clope)

    – Une victoire au rugby

    – Une douche (avec prudence, mais non, ce n’est pas le prénom de la fille! C’est parce qu’hier matin je me suis gauffré)

    – Un gros dodo…………..

    Et le voilà réparé, bon, je sens encore quelque chose, et cela ne m’empêchera pas d’appuyer sur la pédale de frein de ma pétrolette…………….

    Bye bye…………………………

    PS: à midi, dorade et haricots verts, flotte en boisson…………..et sieste avant le match de 17 heures Angleterre/Irlande

    Souvenirs…


    La mésaventure de ce matin m’a remis en mémoires quelques petits déboires rencontrés alors que je marchais sur trois pattes. J’explique, nous sommes alors en 1977, j’avais joué à c’est moi qui passe avec un bus, j’ai perdu!

    Fémur cassé (le gauche), rotule brisée (la droite), donc béquilles obligatoires plusieurs mois. Je ne devais prendre appui que sur la jambe droite, celle de la rotule en miettes. Pas pratique l’affaire car la jambe, la droite donc, était plâtrée de bas en haut, suivez un peu que diable! La jambe gauche, celle du fémur ne devait porter sur le sol.

    Et là, ma grande sœur m’invite à passer quelques jours à Nantes, Pas de problème, enfin pas pour l’instant, je monte dans l’avion, là, l’hôtesse, charmante, m’annonce que j’avais droit à une place privilégiée, près des issues de secours en cas de crash sans doute.

    A Nantes, tout va bien, enfin, rien ne va mal, à part un soleil fantastique dans sa baignoire, baignoire sabot autant que je me souvienne, encore un grand moment, je peux vous l’assurer!

    Raymond s’occupait alors du club de rugby du SNUC. Nous sommes allés voir quelques matchs ensemble.

    Bordeaux:

    Voyage en train (pratique avec des béquilles!), journée agréable puis ce fut le retour à la gare de Bordeaux vers Nantes, un embouteillage monstre aux abords de la gare et l’heure du départ approchait sévèrement. Nous avons décidé de quitter le bus et de finir à pied jusqu’au quai. Mais ils m’en ont fait des misères.

    Il y avait une telle cohue que chacun essayait d’embarquer personnellement, moi aussi d’ailleurs. J’ai eu la chance d’y arriver, pourtant à cette époque, monter dans un train n’était pas évident! puis assis, peinard, cool, tranquille sur un siège, je regardais les voyageurs courir comme des fourmis sur le quai avec une satisfaction non dissimulée vu mon exploit. Et là, je vois quelques uns de l’équipe de rugby, dont mon beauf tourner la tête comme une toupie avec la crainte d’oublier quelqu’un, mais qui??? Il s’agissait de moi, ils craignaient que je sois resté en carafe quelque part alors que je les voyais s’agiter comme des dingues pour me trouver! Alors que tout était ok. Comme quoi, un Roméo averti en vaut deux, et je m’en était bien tiré sur ce coup là.

    Paris:

    Nous sommes allés un week-end suivant au Parc des Princes pour un autre match, se garer devant l’entrée, non, il ne faut pas rêver, croyez-moi, avec des béquilles, dans Paris, c’est comme si on n’écrivait son testament avec la certitude que nos jours sont comptés. J’ai du traverser une avenue large comme une piste d’atterrissage en face d’automobilistes enragés et pressés d’accélérer. J’ai eu l’impression qu’ils avait tous une Mercédès, vous savez, les voitures avec un viseur sur le capot!

    Ce n’était pas mon heure….Ouf.

    Nous sommes allés rendre visite à Minou et Michel avant de rentrer en voiture sur Nantes. Je me souviens d’un guépard en peluche ou naturalisé, qui trônait. J’ai pensé << pourvu qu’il ne se réveille pas et qu’il me bouffe>>

    Quel séjour!!!!

    Et puis ça a été le retour à St Rambert, je draguais à l’époque une fille qui était garde-barrière, vous savez sur les voies ferrées. Il fallait traverser une digue en acier au dessus de l’Albarine pour me rendre auprès de ma blonde ‘(qu’il fait bon….), là, les tampons de mes béquilles étant usés, fer contre fers, j’ai failli faire un soleil des plus mémorables!!! Je me suis rattrapé je ne sais plus à quoi, mais j’ai évité le grand bain………….

    Et me voilà aujourd’hui à vous raconter mes conneries d’avant…………….

    Quelles rigolades, quels bons souvenirs……….Qu’est ce que j’ai mal au pied (le droit)!

    L’orteil cassé


    Non ce n’est pas un remake de l’aventure de “Tintin et l’oreille cassée” mais l’aventure d’un malheureux homme qui s’est “gauffré” dans sa baignoire ce matin.

    Couché tard mais réveillé trop tôt avec la démarche mal assurée, lorsque j’ai des obligation de réussite cela affecte mes grasses matinées, donc, levé de bonne heure mais malgré tout de bonne humeur, j’ai pris un café, des tartines, en musique en repassant tout ce que j’ai à faire aujourd’hui. Après le p’tit dèj, je m’installe in the bath room et je fais couler une eau assez chaude pour me prélasser un peu.

    L’avez-vous remarqué? Lorsque vous prenez un bain, une douche où aller aux toilettes………….que ce passe t’il?

    Le téléphone sonne!!!! Pourquoi? Personne ne le sait vraiment….

    J’ai donc entrepris une sortie rapide de mon milieu aquatique, je tend le bras pour saisir le peignoir afin de ne pas avoir froid, c’est suffisamment désagréable d’être arraché à cette douce chaleur aussi brutalement! Quand mon pied droit piétine la savonnette au chèvrefeuille, que j’adore pourtant, ce n’est pas la question, donc cette p….. de savonnette était coincée entre le fond de baignoire et le pied du kamikaze (c’est moi), et là, ça a été le retour de Pearl Harbour, La chute d’un obus sans retenue….

    Ma jambe droite a dû se relever alors que le reste du corps, lui, plongeait inexorablement. L’orteil du pied droit, le deuxième en partant de la droite, a rencontré le mitigeur d’une façon non-amicale Là, j’ai su encore ce qu’est la détresse de l’homme seul, trahi par le sens de l’équilibre. La douleur s’est emparé de moi et a fait parcourir comme un courant électrique, de forte intensité, de l’orteil jusqu’à la nuque!

    Les effets de la chute du mastodonte à donné naissance à un raz de marée qui à inondé la salle de bain en aspergeant toutes les parois de celle-ci. Tsunami d’ l’eau d’partout !

    Et le téléphone sonnait toujours!

    Lorsque le calme est revenu, le téléphone ne sonnait plus, le Roméo ne riait plus, et l’orteil, le  troisième en partant de la gauche du pied droit a pris la couleur du peignoir, un bleu marine. Oui, il ne faut pas avoir mauvais goût, même dans la détresse, il faut savoir marier les couleurs!

    J’ai fait très attention en sortant de ma prison d’émail, je piétinais tant bien que mal, le pied gauche bien à plat, le pied droit en appui sur le talon, la douleur lancinante à son extrême…

    oreille Je me suis dirigé vers le réfrigérateur pour y prendre de la glace, mais à cet instant j’ai pensé qu’un gant de toilette serait bien pratique, rempli de glaçons, et je suis retourné, à poil et à toute vapeur vers le lieu sinistré de l’appartement pour quérir l’objet. Je retourne dans la cuisine, en faisant gaffe de ne pas glisser, flip flop faisaient mes pieds en pataugeant dans cette marée haute…. Je rempli le gant, enfin, de glace, je m’assied sur un tabouret, le cul nu et là, j’ai senti le froid du métal sur les fesses, sympa non? Je suis passé du chaud d’un bain à la morsure du froid de la banquise en quelques secondes!!!

    Tot cela m’a rappelé l’année 1977 chez ma grande soeur, je me suis pris une pelle d’enfer dans sa baigoire, à Nantes, alors que je marchais avec des béquilles à cause d’un fémur cassé (le gauche)….Il ne faut rien oublier………mais je suis encore là, mais si las aussi……….

     

    Pourquoi tant de haine???

    Lorsque’ j’ai regardé l’écran du téléphone, j’ai vu que l’appelant était non-identifiable!

    C’est mieux pour lui…………………. Et le pire, pas de message!!!

    Voilà, chers amis comment une vie peur basculer en une poignée de secondes.

    J’ai froid au pied……………Le droit. Je retourne dans mon lit…Le pied en l’air………..(le droit). Tout cela aurait pu m’arriver hier, c’était la St Roméo, non, ça s’est passé pour la St Nestor……….Mais au moins Roméo bouge necore!

    Je sais, je suis dingue, pas la peine de le penser encore….La tête n’a pas pris de choc…Heusement!

    Fontaine…


    …je boirai de ton champagne!!!

      

     

    Quelle belle soirée! Je n’avais jamais vu “monter” une fontaine, je me suis régalé en saisissant ce bel échafaudage. C’est moi qui l’ai fait (la vidéo), na !