Gardes-moi une place sur ta branche…


Ta nouvelle liberté m'emprisonne à jamais...Mais va mon ami...

Te voilà parti, si brutalement en ce dimanche matin, toi qui m’accompagnais depuis que nous avons appris à marcher. Comment vais-je faire sans toi… comment allons-nous tous faire sans toi???

Tu nous laisses sans réponse, tu feras comme tu avais l’habitude de faire…c’est à dire « comme tu veux », nous nous en accommoderons mais avec une grande tristesse…

Salut mon ami…mon frére…mon Dédé…

Y’a quelqu’un…?


Dernier billet …heuuuu…vers juin « 20quelque chose » je pense…mais pas certain non plus,

Alors quoi de neuf? Je rentre juste de ma séance marche de randonnée. Ah oui dis-donc, j’ai même obtenu aujourd’hui une médaille, la huitième dans cette discipline…et même que c’est vrai!

5 000 000 de pas en 500 jours (cinq millions dans les baskets!) ….’m’est arrivé plein de trucs aussi, des biens, des marrants et des moins cools…

Alors, de confinement en couvre-feu (j’ai cette dernière appellation en horreur!), puis de fin de confinement en risque de recommencement de celui-ci…parce certains déconfits, ne mentent qu’à nous et nous obligent à ne pas faire ce que nous aimerions pourtant pratiquer les uns avec les autres et les uns dans les autres aussi d’ailleurs!!! Minable, lamentable, intolérable… Cela me rappelle l’école primaire…

_ Lui;

<<Qui a fait ci…? Ou encore qui a fait ça?>>

_ Nous, pas c… car nous sommes en formation de roublards quand même;

_ Pas un mot ni un geste.

<<C’est personne donc….? Bon, toute la classe sera punie!>>

Eh bien là, pas mal d’années plus tard, c’est pareil! Rien n’a changé, à part que c’est un premier d’la classe qui se défoule. Entre Super Mario Casse-tête et Juju Piter, on n’est pas sortis d’l’auberge! (Surtout qu’elles sont et restent fermées!) Nous sommes arrivés à un ° de « je ne sais pas comment nommer cette état de fait ».

Du coup, pour m’occuper et taper un peu dans le positif, j’ai changé d’automobile l’année dernière, j’ai acheté une blanche, c’est une Covid 19, super écolo, elle fonctionne au bambou et à l’eucalyptus, deux strapontins à l’avant, un guidon à gauche. ‘consomme rien la charrette, ‘z’ont été obligés d’me faire une ristourne sur le premier entretien car pas assez de kilomètres, rapport au covid (19.00€) bien sûr!!!

Bon, j’vais faire un tour sur la toile, histoire de mettre un grain de fantaisie là où il en manque…Tenez bon, ‘faut pas lâcher…..Nous sommes forts, majeurs….mais pas vaccinés hélas……….En tout cas, je sais aujourd’hui où m’adresser si je n’ai besoin de rien!

(chuttttttttttttttttttttt, c’est pas l’moment d’les énerver les dépourvus d’la s’ringue!)

Ciao

<p value="<amp-fit-text layout="fixed-height" min-font-size="6" max-font-size="72" height="80">

Panne des sens….


Une rencontre avec Oto, Rhino et Laryng au logie(s), nous étions cinq! Depuis cette réunion au logi(e)s (grande bâtisse coiffée d’une immense croix rouge et une sonnette sur la porte qui fait « pin-pon »), je suis victime d’une panne des sens, non pas que ce logis est loin de ma base mais déconnecté du reste de la machine, je dois attendre la réinitialisation…En tout cas je l’ai bien ressenti comme un arrêt sur E-mail… Privé d’accès, le disque rayé, dévié et surtout ultra agressé bégayait allègrement! Dernière étape du crash motorisé…

Donc, le silence a été la formule a adopter, le goût a suivi cette fugue accompagné de l’odorat pour laisser la place au mal de gorge et mal de tête plus généralement, réunis pour l’engourdissement.

Comment avancer avec une telle panne des sens? Avant, j’étais OK, aujourd’hui je suis KO…

Je repasse à la station jeudi et j’espère que le mécanicien en blouse verte saura remettre en ordre de marche tous les facteurs concernés…

Patience…je retrouverai bientôt mes sens… 🙂

 

 

Trois mois…


…jour pour jour, un vendredi matin, 11 h 00, Avenue des Sports, chef lieu d’arrondissement Dépt. 01, hein? Non, Ain!

Feu vert, il démarre, je le suis, il prend la voie de gauche, je le suis … lorsqu’un p….. de scooter quitte la voie inverse pour emprunter la nôtre…

Donc, mon prédécesseur freine, je le suis en freinant à mon tour, mais ni par lâcheté ni  bêtise.

Il a quatre roues, je n’en ai que deux, ses deux roues avant se bloquent, je le suis mais seulement d’une roue!

Oui, il faut savoir qu’une Harley Davidson en a une derrière et une devant (si tu ne le sais pas, tu ne comprends rien!)… qui, hélas, se bloque aussi … (la roue!!!)

La moto se couche, le pilote se couche, l’automobiliste se barre, le scooter disparaît … Scrashhh … Pafffffff … Argggghhhhh … M’enfin!!!

Pin-pon, pin-pon,

_ Quel est votre nom … quel jour sommes-nous … où avez-vous mal???

_ Mon nom est J.R. … nous sommes vendredi … à mon amour propre!!!

Bla bla bla…Aie ouille WOUAAAAAILLLLLE

Le goudron devient rouge, ma vue se brouille, le casque pèse une tonne…

Comme à la télé, les pompiers s’affairent, le matériel est prêt, positon de sécurité, douleur décuplée, et toujours casque vissé sur la tête.

Demi-tour sur la civière, douleur ascendante … Combien de 1 à 10? Comme demandé… J’ai donné la note de quinze…comme ressentie!

Moment de « gonflette » du matos des sapeurs mais sans reproches…. Douleur alors stationnaire…

Pin-pon repart, pas de toit ouvrant dans cette camionnette!

De plafond en plafonds, je commence à voir des appareils et des machins…Des hommes en blanc ont succédé aux hommes en bleu…ils s’appelaient alors SAMU 01, un nom simple à retenir!

Là, il y a eu un trouble, j’ai pourtant lu « URGENCES », mais,  j’ai dû attendre des heures et des heures, empêtré dans ma camisole de motard, le casque toujours vissé sur la tête et qui essayait de trouver une place sur ce corps malade entre une minerve mal adaptée, une épaule déformée qui appuyait sur des côtes mal cotées…

Au terme d’une éternité, mon véhicule du moment, avec barrières intégrées est poussé jusqu’à une autre salle, blanche, triste, froide… Ils ont alors allumé la radio mais je n’entendais rien…

Puis, une autre salle, blanche…avec cette fois des gens en vert, des martiens sans doute, enfin je pense car ils ont essayé de m’endormir avec un entonnoir sur le nez.

OUAILLLLLLLE, OUILLE…. ASSEZ…. !

_ Bon, ça ne va pas, il faut l’endormir!!!

_ Chouette…j’ai eu peur qu’ils oublient!!!

Réveil dans une salle avec plein de télés….écrans tournés dans l’autre sens, douleur descendante…de un à dix…j’ai dit 8…

Trois mois, jour pour jour, un 06 avril….

Bonjour! 🙂

 

Deux mois après…et trois jours plus tard…


Après m’être rendu sur les lieux de l’accident, je me suis penché ce matin sur les restes mécaniques de ma machine, là où elle a été transportée. Mais le dialogue n’y était pas, n’y était plus. Le silence a été pesant…

J’ai encore le bruit de la chute dans la tête…la visière du casque aussi, si, au niveau du nez, mais ça ne saigne plus!

Bref, ce matin donc, à L’Atelier Des Motards, l’échange a été difficile…J’en ai été tout retourné comme la moto au moment ou le ciel s’est inversé. Mes oreilles ne voyaient et plus mes yeux n’entendaient plus rien… c’est vous dire!!! Tous mes sens étaient interdits.

Deux mois qu’elle gît dans ce cimetière mécanique, parmi d’autres victimes en attente de greffes, qui de garde-boue, qui de guidon, qui de réservoirs de toutes formes et couleurs.

Lorsque la douleur est devenue insupportable, je lui ai pris la poignée en lui promettant de revenir bientôt…

 

L’été sera long et les soirées tristes… Haaaaa-rley, quand tu nous tiens, Mais je peux changer pour une Triumph et vivre une nouvelle épopée, qui sait?

Moi-même, par solidarité, je ne suis pas réparé non plus….Pour Harley, les pièces arrivent…taxées en fonction de la décision d’un canard jaune…Pour le pilote, le chirurgien a beau faire les casses, braderies et farfouilles en tous genres…les espoirs sont faibles…!

On a sonné à ma porte….


Le début:

Cela fait un mois maintenant que j’ai littéralement perdu mon bras droit et j’ai du mal à être épaulé dans ce quotidien devenu compliqué dans l’exécution de tâches diverses mais pourtant indispensables. C’est une des raisons de mes longues absences sur ce site.

Le fait d’être dirigé vers un spécialiste Suisse (horloger et restaurateur de systèmes de tringleries et ressorts pour vieilles pendules) et ainsi répondre à mes besoins du moment, me prend tout mon temps.

Aller dans ce pays voisin de quelques dizaines de kilomètres d’ici attise forcément la convoitise d’autres personnes attentives au placement d’images filigranées et diverses et  conditionnées en liasses.

C’est alors que l’on a sonné à ma porte…. Je regarde par le judas, qui n’a jamais si bien porté son nom, et, des hommes, pas des « d’mis sels » venus pour le goûter, attendaient que j’ouvre.

 

…je n’ai pas dégagé le pêne… Je ne digère ce genre de pruneaux…!

‘faut pas m’prendre pour un cave!!!

Il y avait bien longtemps que je n’avais pas posé de petit délire sur la page… Voilà qui est fait 🙂

(par contre, pour l’épaule droite, le « blème » est bien réel, l’usage du bras est compromis)

Après le 1er, eh ben c’est le 2…!


fatalement, nul ne peut y échapper, donc, autant faire un bœuf entre potes, ça tombe bien car c’est l’heure! 😉

Alors j’ai réuni quelques célébrités, toutes nées un deux avril.

Nous avons chanté avec Gainsbourg,vu et écouté les sketchs de Thierry Le Luron, regardé quelques films avec Alec Guinness (non non, rien à voir, à boire non plu!), dans cette assemblée il y avait encore:

… ce que les trouble-fêtes veuillent mettre un terme à tout ça, ils avaient sommeil, et, prétextant qu’eux sont partis ce même jour… j’ai les noms!

Retour du guerrier, après une grosse journée


…après bien des aventures je fais un retour en force, tout y est passé, moto, ordinateur et quelques petites choses tenues secrètes… me voici de nouveau en scène.

Le PC a toussé si fort que le processeur a buggué…

La moto a toussé si fort que le motard a buggué…

La voiture, avec son âge avancé,  n’en fini pas de bugguer…

Le bonhomme, après tout ça, s’est senti au bord du bugg…

Le PC:

Gros chantier car gros changement de matériel, de conception, d’habitudes, de galères en somme!

Avant…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La moto:

Passage en mode GT avant l’heure d’été…

La voiture:

‘Toute façon, j’y cause plus…Na!

Le bonhomme, grosse fatigue car grosse journée…

  • Le pain du jour

  • La bouffe du jour

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • les cultures de saison

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • La moto a équiper et le plein fait, caresses au chiffon doux… <>
  • Le transfert de PC à PC (le chantier du jour, des milliers de photos et dossiers!!!)Après…(mais en cours…)

ASSEZ….!!! Je vais retrouver mes cop’s du net

Alors me voici… 🙂

Et vous tous…tu vas comment? ‘va bien vous, et toi aussi??? 

🙂

Une nuit à thème…


…ou, du piston au pétrin!

Mal inspiré, mal dans la peau, mal engagé…jusque mal sous la couette.

Tous les facteurs ont été réunis pour une nuit d’enfer (dans le sens propre du terme). Et puis mon lit n’est pas si large pour y accueillir autant de facteurs!!! 😉

J’ai fait un rêve qui à eu pour effet de distendre tous les nerfs qui m’habitent…

(non, je vous en prie, suivez sans imaginer je ne sais quoi…Pfff)

Bref, claqué, je m’endors assez vite. Dans mes nuages, je me mets à imaginer ce scénario….

_ Je rentre de virée… je ne me souviens pas du point de départ…J’arrive en bécane sur le lieu de garage, il y a là un camion semi-remorque stationné sur le bitume.

images-camion-bleu(C’est bien lui dans mon rêve…)

Je monte la moto dans la remorque, comment? pouhhh, je n’en sais rien, je vais me mettre à l’horizontal…vous remarquerez, cela fait la deuxième fois de la journée!!! Il faudra que je remédie à cela, je ne peux passer cette vie à dormir…avec plein de facteurs qui plus est.

Alors, je ne sais plus comment situer la scène…Dormais-je déjà lorsque l’inquiétude, à son comble, a investi tout mon « moi »? Brutalement en tout cas, naquit en moi cette horrible pensée…le camion, la bécane, pourquoi la bécane dans ce camion, il est à qui ce bahut???

Je retourne sur le parking…Enfin, je suis sur le lieu de mon cauchemar, téléporté sans doute?!

…PLUS DE CAMION… PLUS DE REMORQUE……..Et… plus de moto 😦

Pourquoi ai-je monté la bécane dans ce p… d’camion sans me soucier du parcours qu’il lui restait à couvrir?

Mal, très mal, trop mal…………..Dans mon « malrêve » je me suis mis à parcourir toutes les rues, toutes les places, tous les parkings de ce lieu inconnu et situé nulle part à la recherche du camion, bleu avec une cabine reculée, genre camion américain bardé de chromes et autres artifices. L’assurance ne couvrira pas une telle bourde de ma part…je suis mal, je suis mort nerveusement, ma tête bourdonne, mes lèvres marmonnent, mes yeux s’étonnent…

…LE RÉVEIL!!! …

A cet instant, retour progressif à la réalité, confus, comme sortant d’une brume épaisse…puis moins dense… Mais pas encore net… (mais non, pas en cornette…et ta soeur…!)

J’ai du réfléchir un moment, la moto……..Ah oui, elle est chez Harley Davidson, en révision et nettoyage de sa robe « Cool-blue-pearl » Bizarre de garer l’automobile et de ne pas voir mon « Sportster » à l’abri (facteur aggravant ou déclencheur…encore un!)

Il reste de cette nuit funeste un mal de tête, des nerfs en boule, un long moment dans un pétrin où je piétinais sans espoir…avec une mine enfarinée.

Pétrin, boule, enfariné…………….Vous savez quoi???

J’ai pris de la farine, de l’eau, du sel, mis mes mains autour…..et comme j’étais pétri d’émotion, ça a donné ça…………

J’ai fait du pain!!!wp_20170122_10_45_42_pro

Conclusion: rêve réel mais sujet complètement fou, angoisse véritable et réveil perturbé, pain pétri et cuit dans mes murs, comme pour chasser les mauvaises ondes de cette nuit mouvementée…Sans doute à cause d’une Valentine trop bien cachée?!

(Où es-tu Mamoto, où es-tu Valentine???)