Etre à la fête…


…entre les œufs de la Toussaint, le sapin de la Pentecôte, l’armistice de Pâques, l’assomption de Noël, le lundi du 1er mai, le 14 juillet 1945 tout en passant par la lorraine le lundi de l’ascension du 08 mai, sans oublier la victoire du travail…(vers le 08 décembre???), l’heure d’été et le casse tête de celle de l’hiver………… j’ai décidé de jeter le calendrier et mettre les pendules en panne. Non mais…y’en a marre!

Il faut sans cesse attendre tel ou tel jour, le pont de ci… la fête de là…le lundi de truc et la veille de l’épiphanie… STOP… !!!

Serait-il possible de ne vivre que l’instant présent en se remémorant les beaux souvenirs d’hier et en projetant des lendemains simples et colorés,

IL FAUT FÊTER LES NON-ANNIVERSAIRES…!

Manger des huîtres le 03 juin, tirer les rois le 04 septembre, défiler le 21 février…comme n’importe quel jour si cela vous chante, je vous laisse définir le reste, ce que j’aurais pu oublier et surtout ce qui vous ferait plaisir…cela chaque jour…

Bien, bonne soirée à tous…j’ai un rendez-vous que je ne peux remettre… 🙂

 

Publicités

Elles sont arrivées…


…les hirondelles sont de retour. riparia.delichon.hirundo J’ai entendu leur cri cet après midi alors que je partais le temps d’une balade pour aérer mon corps vrillé, foulé, luxé après mes exploits du début du mois d’avril, quand allongé et inerte, bloqué dans des trucs et des machins, je regardais le ciel en n’entendant que les « pin-pon » de la fourgonnette rouge qui emmène les corps vrillés, foulés et luxés chez les mécaniciens des hommes.

 

             Je préfère  le chant de mes oiseaux fétiches qui me fait du bien à l’âme….

800px-Delichon_urbicum_lagopodum_1894

 

La journée des farces!


Ce n’est pas seulement une journée de fête religieuse, bon, c’est toujours bon à prendre pour célébrer des retrouvailles familiales (…le plus important selon moi) et engloutir des montagnes chocolatées (…pour vous?).

Pâques…je le fêterai peut-être à la Trinité (magnifique port que j’affectionne)…

Donc Pâques un premier avril, ah oui, j’y reviens, le jour des farces….

Après un court séjour en cuisine, j’ai préparé;

  • Un petit poulet farci,
  • Deux courgettes farcies…
  • Deux tomates farcies aussi et…
  • Deux poivrons traités de même façon…                                                                                      Je ne pouvais pas laisser filer cette journée du 1er avril sans faire de farces…!!!

Bien, ceci dit, ceci fait, je vais donner un coup de chiffon doux à mon V-Twin préféré, une fois bichonné et mes farces assumées avalées et digérées;

J’appuierai sur le starter en espérant que je quitterai la terre…

Un CLACK du pied gauche (en bas sur le sélecteur)

Et, je tournerai la poignée droite pour envoyer les

GAZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ

Comme personne,

car je n’ai besoin de personne…………

pour ça 🙂

Et ça, ce n’est pas une farce!

 

Pour ne pas « la Saint Valentin… »


 

La non demande…
Ma mie, de grâce, ne mettons
pas sous la gorge à Cupidon
sa propre flèche.

Tant d’amoureux l’ont essayée
qui, de leur bonheur ont payé
ce sacrilège.

J’ai l’honneur de
ne pas te de-
-mander ta main.
Ne gravons pas
nos noms au bas
d’un parchemin.

Laissons le champ libre à l’oiseau,
nous serons tous les deux priso-
-nniers sur paroles.

Au Diable les maîtresses queue

qui attachent les coeurs aux queues
des casseroles.

J’ai l’honneur de
ne pas te de-
-mander ta main.
Ne gravons pas
nos noms au bas
d’un parchemin.

Vénus se fait vieille souvent
elle perd son latin devant
la lèche-frites.

A aucun prix, moi je ne veux
effeuiller dans le pot-au-feu
la marguerite.

J’ai l’honneur de
ne pas te de-
-mander ta main.
Ne gravons pas
nos noms au bas
d’un parchemin.

On leur ôte bien des attraits
en dévoilant trop les secrets
de Mélusine.

L’encre des billets doux pâlit
vite entre les feuillets des li-
-vres de cuisine.

J’ai l’honneur de
ne pas te de-
-mander ta main.
Ne gravons pas
nos noms au bas
d’un parchemin.

Il peut sembler de tout repos
de mettre à l’ombre au fond d’un pot
de confiture

la jolie pomme défendue,
mais elle est cuite, elle a perdu
son goût nature.

J’ai l’honneur de
ne pas te de-
-mander ta main.
Ne gravons pas
nos noms au bas
d’un parchemin.

De servante n’ai pas besoin
et du ménage et de ses soins,
je te dispense

qu’en éternelle fiancée,
à la dame de mes pensées,
toujours je pense.

J’ai l’honneur de
ne pas te de-
-mander ta main.
Ne gravons pas
nos noms au bas
d’un parchemin.

 …en mariage

Il touche à sa fin…


…ce mois de janvier, mois pendant lequel nous nous devons de souhaiter du merveilleux, du sensationnel, des montagnes de grands bonheurs et une multitude de bonnes nouvelles à toutes les personnes croisées ou rencontrées ici et là, la-bas où ailleurs et pour lesquelles nous n’avons pas toujours une approche naturelle et sincère…mais il faut le faire, le croire, et surtout le reproduire années après années… Ça va pas non?!

Et quoi encore???

Ça me gave grave, (le « gavegrave » est un état psychique de plus en plus courant dans cette société qui évolue pourtant chaque jour mais pas forcément dans le sens que nous souhaiterions). C’est pourquoi depuis quelques temps, je diffuse ces bons vœux le plus naturellement et aussi sincèrement qu’il m’est donné de le croire et de le faire.

Je l’ai fait, j’ai été ravi d’échanger ces belles et bonnes paroles, ces mots simples et directs, ces mots posés sur des cartes choisies pour des vœux postés et envoyés aux quatre coins de France et de « l’avare » 🙂 , (qui, lui aussi, mérite quelques égards s’il exerce sa pingrerie de bonne foi 🙂  ).

Oui, cela me « gavegrave » mais bon, je l’ai fait, je l’assume. J’ai pris conscience de tout ça hier matin, bizarrement, simplement, lorsqu’une charmante femme blonde, que je croise de temps en temps,  s’est avancée vers moi en souriant et en prononçant les mots magiques, cette formule banale dans certains cas et là, j’ai bien aimé. Ce qui fait que j’écris ce billet aujourd’hui pour dénoncer les cas de « nous devons souhaiter en cette période… » plutôt que, en regardant l’autre dans les yeux ou appuyer avec douceur sur la mine du crayon qui habille la carte du moment, je te…je vous… souhaite du bonheur et de la santé.

Voilà pour aujourd’hui…après une nuit blanche, je ne tiens pas à passer un jour noir…alors voici le pourquoi en quelques mots

Bon, si j’ai oublié des gens que j’aime, je les inclus bien volontiers dans ces vœux tardifs mais réfléchis… Et….

Joyeuses Pâques….car je ne tiens pas à être en retard une nouvelle fois!

Les « bronzés » sont au ski…


…elles sont où les vaches mauves…???

Les parisiens vont faire de la luge…. 😉

 

 

Donnez le bonjour à Sylvestre…

🙂

images vache mauveAhhhhhhhh, la vache…!