Histoire de famille…


…tout comme un arbre généalogique…

1903, un début modeste,

 

…lorsque William Harley âgé de 21 ans, et Arthur Davidson 20 ans, construisent un prototype de « bicyclette » motorisée dans la cuisine de la mère Davidson.

De gauche à droite : William Davidson, Walter Davidson, Arthur Davidson et William Harley

 

Une des premières bécanes…

…et pendant des années, il y en a eu tant d’autres avec tellement d’évolutions dans de nombreux domaines, comme les moteurs cadres, pneus, amortisseurs…

Un arrêt sur image en 1957…

 

…puis bla-bla, vroum vroum bla-bla, vroum vroum (abrégé dans le texte pour que recherches et études afin que Gazzzzzzzzzzzzzz évolue!)
Je suis passé par là en 2011 en achetant une copie de 1957, bien sûr améliorée par bla-bla, vroum vroum, pour le meilleur…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour suivre encore et toujours la…

 

Bien sûr je reste attentif à d’autres avis, contraires ou non, qui concernent la moto, envoyez vos arguments et nous programmerons une réunion, en petit comité au local « réclamations »;

Présentation de ce comité…

Allez à ciaoooooooooooooooooo……..gazzzzzzzzzzzzzzzzz

 

Un brin de nature…


…en poésie…
Les coquelicots sont revenus
Au bord des routes, sur les talus
Ivres dans la lumière d’avril
Écarlates, doux et fragiles
Ils sèment leurs pétales de carmin
Toujours plus loin sur nos chemins

Je me souviens des étés d’or
De l’espoir et de nos joies encoreSais-tu que d’autres lendemains
Viendront fleurir dans nos jardins ?
Les rouges coquelicots d’avril
Triomphent sous le ciel tranquille
Nos rêves ne se sont pas perdus
Les coquelicots sont revenus.

Isabelle Sebire

Sous mon ciel…


…celui au dessus d’où je dors…la tête plein nord…

Samedi 15 juin 2019

Selon la météo, mon chez-moi est classé en zone orange, j’adapté mon planning en conséquence. Bécane au fond du garage après avoir fait le plein, (prix coûtant du carburant cette fin de semaine, polluons heureux!!!). L’automobile en position départ en cas de pluie. Puis, sac au dos, je suis parti droit devant avec tout de même un parapluie au fond de ce sac si le ciel décide de tomber sur ma tête… Eh oui, chez nous qui sommes proches de la capitale des Gaules, on ne joue pas avec les éléments, ah ça non!

Un pas après l’autre j’arrive sur mon petit coin de nature préféré.

Chaque jour est différent, par ses lumières, sa température, ses odeurs, la saison aussi, je marche donc lorsque j’arrive près d’un pécheur déjà en exercice… Il me regarde et me dit:

_Bonjour, vous avez l’heure, j’ai oublié mon téléphone!?

Je lui réponds de suite, d’abord par un échange de « bonjour », puis:

_Oui… Lui dis-je en continuant mon chemin.

Et je continue alors ma balade… sous l’air décontenancé et affublé d’un regard inquiet, étonné, voir agacé et finalement crispé de ce pêcheur en eau douce! J’arbore un sourire malin et après quelques pas je lui parle en ces termes:

_Oui, j’ai bien l’heure……mais vous la voulez?

_Ben oui…! Répond-il. je la lui donne bien volontiers enfin, de toute manière je n’en ai pas besoin en ce moment précis.

Dès lors, je flotte dans une ambiance particulière, le temps s’est arrêté…eh oui, je n’avais plus l’heure car je l’ai donné à ce pêcheur! Donc, j’ai flâné en admirant ce paysage chaque jour différent au point que je m’en émerveille à chaque fois que je le traverse… La nature est encore si belle en ce petit matin, au point de fixer l’image sur une photo…Oups, pas d’appareil sur moi…! Qu’à ça ne tienne, j’ai,… moi…, un téléphone, hé hé hé!!!

Gauche droite, j’avance en profitant de ci, de ça, des bruits des animaux, des rencontres avec ceux-ci parfois,

 

 

 

 

puis il est temps de rentrer et en passant par les pôles animés de ma petite ville ce jour de marché. La porte de Villars franchie, j’arrive sur la place des Halles où se développent bruits et odeurs de ce moment d’exception hebdomadaire.

 

 

 

 

 

 

En regagnant mon terrier, je croise quelques personnes, les yeux fixés sur leurs montres et appareils photos confondus, ils avancent d’ailleurs, la tête basse au point de ne pas voir où ils vont…j’essaie de les éviter tant bien que mal…

Mais quel est ce monde dans lequel tout est mélangé, tels que montres, téléphones et appareils photographiques… Comment faisions-nous avant?

C’est dingue çaaaaaaaaaaaaa! 🙂  l’après-midi a été pluvieuse, très pluvieuse, mon emploi du temps a été judicieux.

Allez, je fixe quelques photos prise avec mon téléphone sur lequel je n’ai plus d’heures et je reprends le cours de ma vie…en candidat libre!

Bonne et belle journée 🙂