L’as des as


J’ai retrouvé 100% de mes photos…………………….!!!

Yessssssssssssssssssssssssssssssss

…et mon carnet d’adresses………………………………..!!!

Yessssssssssssssssssssssssssssssss

Mais j’ai perdu ma santé………….Vais dodo moi, sommeil moi, excité MOI, ENERVE MOI

Grosse panne!!!


Après un problème conséquent sur mon PC, j’ai du formater le disque dur de celui-ci, en terme clair, retourner au paramétrage d’origine. De ce fait tous mes carnets d’adresses sont perdus, je n’ai plus vos coordonnées personnelles. C’est pourquoi je devrai les enregistrer à chacun de vos mails à venir j’espère!

Je viens juste de récupérer mon blog car je n’y avais plus accès, bigre!

Quelle galère, des heures et des heures de paramétrages, d’installations de logiciels, de remises en route après téléchargements divers…et j’en passe!

Signalez-vous sans retenue car j’en ai besoin pour mener à bien la remise en état de tout ce bazar et je compte sur vous!!!

Merci de m’avoir lu…

Vous me manquez déjà! 😉

C’est comme si je renaissais aujourd’hui!!!

En route…


…pour une nouvelle journée, après les préparatifs normaux, je suis prêt pour apprécier de nouveaux moments, pour rencontrer de nouvelles personnes et arpenter de nouveaux chemins.

Il faut dire que j’ai tout fait pour, hier soir, pour avancer, j’ai beurré mes tartines à l’avance et les ai placées dans le toaster, préparer le café pour n’avoir qu’à appuyer sur l’interrupteur, comme pour le toaster, l’est pas belle la vie? Donc, ce matin suis déjà sur les starting-blocs.

Par contre, faudra que je revienne de bonne heure, mon grille-pain se met à fumer dangereusement, ‘sais pas pourquoi, ‘faudra que je vérifie ça!!!!

Alors belle et bonne ballade en bécane et après je verrai, s’il pleut demain je ferai ma déclaration de revenus………ahhhhhhhh, il le faut bien, ne râlez pas, ça ne sert à rien…!

Bonne journée à tous

Fait chaud!


Je vais essayer de vivre « à l’espagnol »! C’est à dire dormir au plus chaud et sortir à la fraîche, en moto bien entendu!!!

Ces journées sont vraiment pénibles à vivre, personne dans les rues, les volets clos, fenêtres fermées….Il faut s’adapter et modifier ses habitudes, alors, j’y vais comme ça…………….Je sors maintenant et je vais analyser.

Epicétou….Tant pis si je suis seul car je n’ai besoin de personne en Harley…….’dson (mais à deux c’est mieux ;-)…)

Chaleur estivale

Sur la plage le parasol fermé pointe au firmament
Ma langue savoure les grains de sel sur mes lèvres moites
Mes pieds s’enfoncent dans le sable chaud
Le sommeil me guette
Le rêve m’attend
Le soleil grandit l’éternité de mes pensées.
Je répète jusqu’à l’hallucination les vers que tu as écrits pour moi,
une nuit à côté des étoiles.
Sous l’astre de l’été
je revis notre amour : colonne ivre du temple de l’éternité
Les saisons se succèdent
Et moi
je crois encore aux feux d’artifices.

Sybille Rembard, Beauté fractionnée, 2002

Ce fut très bien…


Voilà une belle journée passée, les esprits sont apaisés, même des rires ont fusés! Nous avons gravi les marches de l’immeuble des archives où 30 kilomètres de couloirs (oui!!!) de documents sont entreposés et consultés par des chercheurs, des archivistes et autres perfectionnistes en histoire.

Je suis ravi, après un déjeuner au « Jardin d’Enzo » j’ai regagné ma ville d’adoption d’où je vous écrit.

A bientôt….

Les préparatifs


Tout d’abord, merci à tous pour vos témoignages, pardon à ceux dont je n’ai pas l’adresse mais qui recevront, j’en suis certain, une copie de tout cela par les autres membres de la famille.

Merci à mon frère Raymond de m’avoir envoyé ces documents. Il sera bien entendu parmi nous aujourd’hui, par la pensée ainsi que vous tous, car nous allons fêter avec Maurice ce jour particulier (mais il ne veut pas qu’on y aille à moto…bigre le bougre!)

Je vais maintenant faire un brin de toilette, un gros brin de rasage, un brin d’eau de toilette « Chanel pour homme » (l’homme, c’est moi!) Et puis ce sera le début d’une grande journée……….

En n’oubliant pas d’y inclure l’ami, le frère, celui qui tutoyait le père et dont c’est l’anniversaire aujourd’hui, notre frère, plutôt qu’un beau frère…Raymond le breton, RENAUD de son nom……….et bien sûr Jeannot aussi qui nous observe également de son havre de paix et qui doit, d’ores et déjà préparer une pasta d’enfer, oups….de paradis je voulais dire…

Bisatous et ne pleurez pas parce qu’il en manque aujourd’hui mais souriez car on les a côtoyés.

A toi mon père….


…demain, ton souvenir de maquisard, de membre actif des Forces Françaises de l’Intérieur entrera par la grande porte et sera gardé à jamais entre le bâtiment des Archives Départementales de l’Ain et le musée de la Résistance de Nantua lors d’expositions ponctuelles, là, auprès de tes camarades, qui, comme toi, ont combattu sans cesse l’occupant de l’époque, elle entretiendra le devoir de mémoire, et ne risquera pas d’être perdue et sera entretenue par les bons soins des archivistes.

En ces temps de troubles intenses, blessé et admis à l’hôpital, tu demandais alors à ta femme, notre mère à mes frères et soeurs, de t’apporter des grenades cachées sous le matelas du berceau de Raymond, pour être prêt à reprendre l’offensive avec conviction.

Tu ne nous as pas parlé de cette époque sombre où la vie de chacun ne tenait qu’à un fil, mais maintenant, ton courage et ta détermination à vouloir vivre libre feront partie du patrimoine du pays pour lequel tu t’es battu et qui t’a accueilli.

A dater de septembre 2011, ta carte de FFI délivrée par L’Etat Major en poste à Londres sera numérisée et visible par tous sur internet et nous en sommes fiers.

Alors, demain matin, à 11h00, nous serons heureux de faire partager ton sens de la liberté et du refus de l’inacceptable. Nous, tes enfants,  tes petits enfants, tes arrières petits enfants et les nombreuses générations à venir, nous n’oublierons jamais!

 De la part de tes enfants avec une pensée particulière pour notre mère également…

Je ne sais plus…


…..Je viens de me réveiller et….

Qui suis-je?

Ou vais-je?

Ou cours-je?

Après qui cours-je?

Après quoi cours-je?

Ohhhhhhhhhhhh, assez de questions, je vais dépoussiérer tous ça sur ma moto,  qui veut venir avec moi, mhhhhhhhhhh????

Vroummmmmmmmmmmmmmmmmmmm…ça va m’remettre le neurone en place!

Parti sous le soleil…


…à la rencontre de l’orage. La fraîcheur se fait sentir, le vent balaie le paysage, les premières gouttes lourdes et bruyantes, la visière qui dégouline et les vêtements qui s’alourdissent, le cuir qui absorbe et qui colle à la peau, la vue qui se brouille, les pneus qui font naître des gerbes régulières et abondantes, les mains serrent le guidon, les épaules se rentrent et la tête s’enfonce…

Ohhhhhhhhhhh rage, tu m’as traversé de part en part sans te soucier de moi qui était comme un insecte dans la tourmente, tu m’as noyé jusqu’au tréfonds de mes os……………………

Quelle saucée les amis !!! Elle a été enfin arrosée mais j’étais au fond du verre!

Coupable de rien…


…Condamné à l’absence!

Dur d’attendre dans le désert,

De passer de dune en dune en espérant un paysage, un visage mais n’avoir que des mirages,

Pourquoi passer tant de temps à chercher l’inaccessible qui a pourtant été si simple au début,

Une porte qui claque, plus un bruit, plus un signe, plus rien ne subsiste qu’une image,

Qui s’éloigne, qui s’estompe qui laisse une plaie béante dans ce corps vide qui ne vit plus,

Les mots existent pourtant pour dépeindre les sentiments, mais que deviennent-ils,

Lorsque aucune oreille n’est là pour les comprendre, même les regards sont nus,

Les yeux fouillent l’horizon à se fatiguer de ne pas voir venir cette âme qui fut docile,

L’attente est un mal qui ronge de l’intérieur, elle détruit tout et l’être n’est plus,

Que faire, que dire si ce n’est: « dommage, je croyais mon coeur terre d’asile »,

Et continuer le chemin avec lassitude sans que personne ne me tienne la main…

JR