La faim a fait sortir le loup du bois…


Un proverbe qui remonte au moyen Age, où les loups constituaient une menace bien réelle dans la vie quotidienne des villageois.

c6de7f9104431c5761ed43e5e2dedfe31ea3c556_carrefour-sens-giratoire.jpg

On imagine très bien le dilemme de notre loup; rester caché au fond des bois et mourir de faim, ou sortir à découvert et, en gagnant l’espoir de se remplir la panse, courir le risque de se faire abattre?

Tel est le sens de ce proverbe animalier:

  • le besoin
  • la nécessité

LUMC-rotonde-rond-point41URBEXBxQL._AC_US218_ GILET JAUNE

Ces deux points importants font se dévoiler et commettre des imprudences qui seraient impensables si l’on n’en était réduit aux dernières extrémités. Lorsqu’on poussé par l’urgence, on prend des risques et on s’expose. Les auteurs de romans et feuilletons policiers le savent bien qui placent souvent ce proverbe dans la bouche des commissaires qui attendent patiemment que le tueur, aux abois,  en vienne de lui-même à se révéler.

Elles sont arrivées…


…les hirondelles sont de retour. riparia.delichon.hirundo J’ai entendu leur cri cet après midi alors que je partais le temps d’une balade pour aérer mon corps vrillé, foulé, luxé après mes exploits du début du mois d’avril, quand allongé et inerte, bloqué dans des trucs et des machins, je regardais le ciel en n’entendant que les « pin-pon » de la fourgonnette rouge qui emmène les corps vrillés, foulés et luxés chez les mécaniciens des hommes.

 

             Je préfère  le chant de mes oiseaux fétiches qui me fait du bien à l’âme….

800px-Delichon_urbicum_lagopodum_1894

 

Et la tête….


…alouette

Alors voilà, ce soir avril s’éteint, et, dans la foulée nous plongerons dans l’ivresse du muguet grâce à ce parfum extraordinaire, c’est dingue, l’année dernière c’était déjà comme ça, super bien réglé….hein???!!!

Pour fêter l’événement personne n’ira travailler, ‘toute façon, ‘suis pas concerné vu que j’ai perdu mon bras droit et que les choses doivent tout de même se faire!

Là par exemple, je tapote de la main gauche, et de deux doigt de celle-ci! Deux mois d’arrêt de travail à cause de ma Raley-Davidson qui s’est couchée sur la chaussée en désarçonnant son cavalier qui lui, s’est aplati avec fracas sur le macadam…

Tout cassé le cavalier, toute cassée la Raley-Davidson (oui, lorsqu’elles tombent, on ne les nomme plus Harley mais Raley, à cause des blessures infligées)

Les premières questions posées par les secours ont été:

Eux;

_ Monsieur, comment vous appelez-vous?

_ Quel jour sommes-nous?

_ Serrez-moi les doigts.

_ Où avez-vous mal?

Moi;

_ A mon amour propre, tout d’abord!  😦

Et ensuite, j’ai eu tout juste, yesssss!!!

Après, ils ont bien vu….

La cheville…. Et la ch’ville…(je l’ai bien sentie)

Le genou… et l’genou…(je l’ai super bien senti)

Et l’épaule…oui l’épaule…(je l’ai  hyper super bien sentie)

Et le nez…snifff…… le nez…(il saignait)

AIE…AIE… AIEUUUUH !

Ahhhh ah ah ah aaaa  alouette 🙂 , méchante alouette 😦

Un mois que ça dure!!! J’en ai mare, c’était avril, le 6…… Vivement mai !!!!!

Tout ça est bien vrai…. Ce ne sont vraiment pas de doux leurres!

Donc demain pas de défilé, le muguet porte chance…pas pour moi, un gone a sonné à ma porte hier, et je lui ai donné quelques pièces pour un gros brin, on ne sait jamais?!

 

 

 

Ça me « gonfle »…!


 

Interdit ou plutôt, par des jeux de mots « subtils », ce qui convient aux esprits sournois, « détourner l’interdiction » par des pensées personnelles mises en avant par les élites, des gens qui se déplacent avec motards de police et passe-droits divers et variés, hypnotisés par je ne sais quoi….

Ahhhhhhhhh, eh bien en voilà de belles intentions!

Je me souviens, à l’école élémentaire, il nous arrivait à nous écoliers de faire des bêtises, des trucs de gosses, normaux pour des gamins en somme. Et, lorsque les méfaits étaient découverts comme les boulettes en papier propulsées par les élastiques récupérés sur les pots de confitures par exemple, par le maître d’école (l’être suprême, qui l’était encore à cette époque), il fallait appréhender le ou les coupables…

Demander à un ou plusieurs « gones » (région lyonnaise oblige 🙂  ) de se dénoncer, c’est vraiment attendre que la lune et le soleil vivent une idylle sur la voie lactée…

Donc, parfois, cela finissait par une punition collective.

Aujourd’hui, c’est la même chose, quelques uns font les idiots, je ne vois pas d’autres termes à employer, et tous les autres sont punis!!! Mais là, il s’agit d’adultes, hélas pas tous responsables… Je ne parle pas du téléphone à l’oreille…lorsque vous pilotez une moto, c’est le principal cas de conflit, en plus du non respect d’indication de changement de direction, et aussi non prise en compte de la présence d’autres usagers, et j’en passe…

Peut-être faut-il simplement éduquer les réfractaires, mais lesquels??? 😦

En tous cas, mare des interdictions, je pense que pour un temps, il faudrait calmer cet état de fait…interdire d’interdire… 

Il faut soumettre ces questions de sécurité à un collège capable de traiter ces problèmes de société… Comme ci-dessous;