Ambiance Sud-Américaine…


histoire vraie!

…au super-market!

Hier soir, cool Raoul devant une rétrospective musicale sur les groupes de couleur, mon corps malade de l’esprit se mit à fonctionner…

Et les Haricots Rouges..

Que sont-ils devenus?

…et les Chaussettes noires…???

C’est là que mon corps malade est entré en scène… J’explique;

<<Demain je vais me cuisiner des haricots rouges!!!>>

Je passe à la cuisine pour faire tremper quelques graines achetées la semaine précédente, j’ouvre le paquet et……………….

……..Damned, des lentilles vertes!

Je regarde à nouveau le paquet………… « Haricots rouges »!

Trompé, roulé dans la farine pour me donner une « figure de pain cuit » « et des yeux de merlan frit » (eh oui, ce sont des insultes culinaires!)

J’ai donc fait des pâtes…

Et c’est là que le titre de ce billet prend tout son bon sens alors que moi, j’ai perdu le mien… Ce matin, après mon rendez-vous au labo, je me suis rendu au market du CCD (Centre Commercial de La Dombes), là,  je vois madame Market à l’accueil (mais non, ce n’est pas son nom!).

Je lui explique mon envie d’haricots rouges et bla bla bla…., elle me regarde avec des yeux de merlan frit, elle aussi…(cela aide pour la bonne compréhension du scénario)

Après une invitation à remplacer mon produit, je vais choisir un autre paquet de ces rares et joueurs haricots rouges…….. à la mode « David Copperfield »

téléchargement MARACAS

Au milieu de la gondole, me voici en train de secouer les paquets « façon maracas« , au milieu d’une gondole, à bord, c’est en principe de la mandoline que l’on use… mais je ne fais jamais les choses comme tout le monde, c’est une particularité personnelle… Bref, je secoue, j’analyse les bruits et j’arrive à différencier le bruit des paquets de haricots rouges qui contiennent des lentilles et le bruit des paquets de haricots rouges qui contiennent… tenez-vous bien…………………..DES HARICOTS ROUGES………..!

(essayez de suivre je vous prie)

Il était environ 8h45, les clients autour de moi m’ont dévisagé en pensant sans doute, si jeune , si tôt et déjà bourré….!

J’ai signalé à madame Market, aussi sec, que certains de ces paquets ne contenaient pas le produit indiqué…

Nous avons bien ri (non non, il n’y a pas de « z », puisqu’il s’agit de haricots rouges)

De retour à la base, j’ai ouvert le paquet et belle et bonne surprise, il est rempli de:………… haricots rouges

Cette aventure n’a pas altéré mon moral en l’assombrissant à la couleur de mes chaussettes qui sont noires, mes yeux, eux,  sont aux couleurs des maracas…….. et des haricots rouges………..!

N’empêche que je vous ai trouvé des vidéos d’enfer pour illustrer ce morceau de vie d’un aventurier… 🙂

(vécu entre le 29 mai 2016 au soir

et le 30 mai 2016 au matin…)

Lire la suite

Petite anecdote en rentrant de ma virée moto…


..HD, avec et sur  laquelle je n’ai besoin de personne (merci Lulu, pas « B.B. ». …bon, Gainsbourg… Pfff ‘faut tout expliquer!), J’entamais la montée de la Résistance (c’est l’nom d’la rue) lorsque je vois… devant sur la chaussée… un fauteuil électrique d’handicapé franchir un coussin berlinois,

quelle connerie ces trucs à la noix de cher Berli!

Un papy enfoui au fond de sa folle mécanique, tout frêle,  tout balayé par les vents d’un orage déjà si proche se pressait de rejoindre sa base avant le déluge pressenti mais surtout avant l’heure de la soupe du soir à la « retrait’house ».

Son engin, dépourvu de toute signalisation fluo, dépourvu de feux clignotants avait pris de la vitesse pour négocier l’obstacle. J’annonce le dépassement et dix ou quinze mètres avant, je vois la casquette du Papy amorcer un décollage imprévu pour finir sur le bitume, les bras du pilote incapables d’interdire le départ intempestif du couvre chef… Sa machine fait une embardée et se bloque contre le trottoir.

Je ralenti, et, arrivant à sa hauteur je contemple les rares et fins cheveux du chauffard éparpillés comme les brins d’une « barbapapa » au stand d’une fête foraine!

Je dépasse le convoi pour m’arrêter dix mètres devant afin de venir en aide à l’homme en cavale (j’allume les feux de détresse de la « Harley de secours ») car, rouler sans casquette ou casque approprié représente un manquement à la sécurité du conducteur………..!

Il avait de grands yeux qui brillaient, une bouche édentée qui ne retenait pas son large sourire à mon attention. J’ai ramassé la casquette de l’intrépide et je l’ai enfoncée délicatement sur son crâne échevelé…

Je suis remonté sur ma monture, lui s’est remis en ordre de marche et nous sommes repartis, lui vers sa soupe et moi au bout de ma ballade.

L’évadé n’a pas vu mon visage mais seulement un bras qui s’est levé pour lui souhaiter bonne chance le temps de son évasion…

 

 

 

 

Publié dans Moto.

Comment faire le plein…? D’ac…tualité..?!


En ce moment ou tout ne va pas bien, j’occupe mon temps le plus intelligemment possible, enfin j’essaie, ce n’est pas toujours simple!

Pas pour le côté « intelligemment » car je suis ( 🙂  😉  🙂  ) « très équipé » pour ça… (hum) mais pour ne pas tourner en rond et finir « en bourrique ».

Je sors à la suite les vieux bouquins, les vieilles photos, les vieux objets, les anciens mails importants, les recueils de poésie, les mails plus récents de mes enfants (un tout frais de ce matin, et toc! 🙂 ) et de tout ça, je fais le plein des sens…et cela ne me coûte rien ! Trop fort…

Les heures passent alors agréablement, à l’instar des névrosés qui font la queue aux stations services pendants des heures, j’les ai vus!!!

Ils n’ont pas vraiment besoin de cette denrée qui s’évapore en laissant de mauvaises odeurs et qui pollue notre quotidien même si nous ne roulons pas… Et le plus fort, ce sont les anciens, casquettes vissées sur la tête, oui oui , ils s’avancent centimètre par centimètre pour arriver à la pompe….

Ceux qui travaillent ont besoin de carburant, les vieux, eux, ont-ils besoin de faire ch…. tout le monde???!!! C’en est presque comique…mais navrant…sûrement!!!

Mais de quoi me mêle-je? Je ne vais pas commencer à régir les libertés de chacun! Pour qui me prends-je?

Comme le temps s’est rafraîchi, pour faire de même que l’humeur de tous… J’ai préparé un gratin de chou-fleur…je le sens, il m’appelle, j’en veuxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx, et toi, t’en veuxxxxxxxx?

Je retourne « Amédée lire…. »

A ciaoooooooooooo

🙂

 

 

Je suis guère venu…(Citations à propos)


…ces six jours, depuis mon dernier billet!

Je n’en n’avais pas vraiment envie…

Rien ne change vraiment!

« Du 5 au 10 juin 1967 eut lieu la guerre dite « de Six Jours » »

Aujourd’hui, les mêmes problèmes sont évoqués!!!

A ce moment là, mai 68 pointait à l’horizon, les nations se mettaient déjà des coups …diplomatiquement bas et lâches.

« La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. »        (PAUL VALERY)

Dans tout ce « merdier » les mêmes souffrent pendant que d’autres craignent pour leurs bas de soie.

« Les hommes sont conservateurs de ce qu’ils possèdent et communistes du bien d’autrui. » (MALCOM DE CHAZAL)

Ils sont « parvenus » à « nôtre faim ».La leur, seulement guidée par l’appât des gains…

« Le grand souci des hommes d’affaires français n’est pas de gagner de l’argent, mais d’empêcher les autres d’en gagner. »

(TRISTAN BERNARD)

Ce monde là ferait la joie de certains humoristes hélas disparus et qui n’hésiteraient pas de traîner là où il le faudrait ces « puissants »(ϖ‰€Ψ) ivres de toujours plus.

Crash aériens, démocraties de carnaval, langues de bois, guerres d’intérêts, harcèlements divers,  tout cela crée même des conflits entre générations.

Ce n’est qu’un début…Mais à quand une éclaircie?

Pour toutes ces raisons évoquées, je ne rêve que de cris d’hirondelles dans les oreilles et des envies de coquelicots et bleuets à la une des journaux…Mais ils se « foot » de nous, car pour ça, nous en entendons parler!!! ‘faut dire que certains d’entre nous ne sont pas vraiment équipés pour penser mieux, ils le font même exprès, si si… vraiment… !

Les matchs durent de 80 à 90 minutes et les buvettes sont ouvertes pendant quatre à cinq heures!!! Quelle performance!

Et je ne dis pas tout, vous pourriez penser que j’invente…(ou que je brode, pour la beauté du récit!)

Courage nous sombrons!

Citations sur l’amour…


Le verbe aimer est difficile à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel.

(Jean Cocteau)

On peut faire beaucoup avec la haine, mais encore plus avec l’amour.

(William Shakespeare)

J’essaie de t’oublier mais je voudrais que l’on m’apprenne à oublier de penser. 

(William Shakespeare)

L-amour-est-nu-comme-la-main_imageWidth540 Prévert

(Jacques Prévert)