Un prénom d’un autre temps…


…et une démarche d’un autre siècle, presque du début de l’ancien…1924!!!

Lorsqu’elle n’entend pas une chaise traîner sur le carrelage depuis trop longtemps… elle s’inquiète… elle téléphone … elle a besoin de certains bruits qui la rassurent. 🙂

Parfois je descends pour lui rendre une petite visite, je prends le soin de téléphoner auparavant, aussitôt la porte s’entrebâille comme pour m’accueillir plus vite, accélérer la rencontre, elle sourit, elle est emportée par le petit bonheur du moment. 🙂

Elle sort, à grande peine car il faut aller les chercher par des pas hésitants aidée de sa canne quelques chocolats, des biscuits…et nous entamons une conversation courte pour mes sujets personnels puis lorsqu’elle me livre des passages de sa vie, le temps s’arrête…elle ne manque pas un seul souvenir de l’histoire qu’elle porte à ma connaissance, à chaque fois une nouvelle!

Les jours noirs de l’occupation, les longs trajets pour aller à l’école, les bals du dimanche après midi, les ballades à moto avec son homme… Ses yeux brillent un peu plus qu’à l’accoutumée pendant ces retours à la vie…j’aime l’écouter, elle est d’une précision incroyable. 🙂

Même la pendule semble se taire pendant ces moments de partage.

Nous discutons parmi les bibelots entassés, témoins d’une autre époque et des piles de journaux froissés, elle s’informe sur tout, il y a des objets ici et là déposés en cas de besoin… 🙂

Je pourrai en parler encore et encore mais j’ai une chaise à faire traîner sur le carrelage…Cela fait longtemps que je n’ai pas fait de bruit…ses bruits…

Elles est incroyable ma Georgette!!! 🙂

Publicités

Je me suis réveillé avec ça en tête…


…et je n’arrive pas à m’en défaire, alors, je dois aller au bout.

Ecouter et gérer tout ce que cela me rappelle…

…et il y en a des souvenirs, des situations et rencontres, des moments incroyables, des cordes de guitares qui vibraient, des câlins dans une pénombre arrangée, des nuits si colorées et des potes si souriant(e)s…

Je gère…

Ensuite, j’irai changer la batterie de la Harley Davidson,

LANCEZ LES DEUX VIDÉOS ENSEMBLE ET VOUS CONNAÎTREZ LA GRANDE EVASION!

Je suis ravi de cette transition…Tout est dans le ton…!

Demain tout change sur le petit écran…passage à la HD


Demain, 5 avril…

Publicités d’avant…

 

Pour patienter…Interlude…

 

Mire… et début des programmes…ou du programme!

Chuuuuuuuut, ça va commencer!

 

Pour accéder à la nouvelle télé, n’oubliez pas de faire basculer votre compteur électrique de 220 Volts à 110 Volts… 🙂

(Juste une parenthèse, après Ducati, Yamaha, Kawasaki… je suis passé à la HD… eh ouais…et ça fait cinq ans…!!! Je fais de la bécane Haute Définition!!!)

C’est bien plus net en effet!

🙂

Lorsqu’il fait froid, hop, en cuisine….


Lorsque la mélancolie s’empare de moi certains jours, une chose me distrait et fait fuir la morosité, surtout aujourd’hui…!

La scène de la cuisine:

Maître Folace : Touche pas au grisby, salope !
Paul Volfoni : L’alcool à c’t’âge-là !
Monsieur Fernand : Non mais c’est un scandale hein ?
Raoul Volfoni : Nous par contre, on est des adultes, on pourrait peut-être s’en faire un petit ? Hein?
Monsieur Fernand : Ça… le fait est… Maître Folace ?
Maître Folace : Seulement, le tout-venant a été piraté par les mômes. Qu’est ce qu’on fait ? on se risque sur le bizarre ?… Ça va rajeunir personne. (Il sort la bouteille)
Raoul Volfoni : Ben nous voilà sauvés.
Maître Folace : Sauvés… Faut voir !
Jean : Tiens, vous avez sorti le vitriol ?
Paul Volfoni : Pourquoi vous dites ça ?
Maître Folace : Eh !
Paul Volfoni : Il a pourtant un air honnête.
Monsieur Fernand : Sans être franchement malhonnête, au premier abord, comme ça, il… a l’air assez curieux.
Maître Folace : Il date du Mexicain, du temps des grandes heures, seulement on a dû arrêter la fabrication, y’a des clients qui devenaient aveugles. Alors, ça faisait des histoires !
(ils trinquent puis boivent prudemment)
Raoul Volfoni : Faut r’connaître… c’est du brutal !
Paul Volfoni : (les larmes aux yeux) Vous avez raison, il est curieux, hein ?
Monsieur Fernand : J’ai connu une Polonaise qu’en prenait au p’tit déjeuner. Faut quand même admettre : c’est plutôt une boisson d’homme… (il tousse)
Raoul Volfoni : Tu sais pas ce qu’il me rappelle ? C’t’espèce de drôlerie qu’on buvait dans une petite taule de Bien Hoa, pas tellement loin de Saïgon. « Les volets rouges »… et la taulière, une blonde comac… Comment qu’elle s’appelait, nom de Dieu ?
Monsieur Fernand : Lulu la Nantaise.
Raoul Volfoni : T’as connu ?
(Monsieur Fernand lève les yeux au ciel)
Paul Volfoni : J’lui trouve un goût de pomme.
Maître Folace : Y’en a.
Raoul Volfoni : Eh bien c’est devant chez elle que Lucien « le cheval » s’est fait dessouder.
Monsieur Fernand : Et par qui ? Hein?
Raoul Volfoni : Ben v’la que j’ai plus ma tête.
Monsieur Fernand : Par Teddy de Montréal, un fondu qui travaillait qu’à la dynamite.
Raoul Volfoni : Toute une époque !

images-TF

Un imbécile va bien plus loin en marchant qu’un intellectuel assis!

M. Audiard…

Avant l’heure…


…c’est pas l’heure!

Alors pour contrer tous ces tracas et ce tintouin à propos de l’heure d’été et l’heure d’hiver, j’ai adopté cette résolution…

C’est toujours le bon moment et aussi la bonne heure lorsque nous nous rapprochons d’une personne, bien entendu il faut alors se débarrasser de ces objets devenus inutiles, telles que les montres, les pendules et autres accessoires ciblés sur le temps!

 

A mon avis, seuls le soleil et la lune ne doivent nous influencer, encore que….ils n’ont jamais pu se rencontrer eux deux…dommage car ils auraient sûrement pu faire naître quelques étoiles supplémentaires qui nous auraient éclairés davantage…

Bon, il faut que je vous laisse car le dernier grain de » sable va bientôt passer et je ne veux pas être en retard pour retourner la situation…

Bonne journée 🙂

Evasion un jour de grisaille…


Samedi maussade, je suis peu sorti alors je me suis enfoui dans un fauteuil pour visionner une émission très chouette sur RMC Découverte, chaîne ADSL que j’ai la chance d’avoir dans un bouquet TV, ce qui a mis un peu de couleur et d’envie d’évasion pendant cette journée creuse….

La restauration d’un Combi Wolkswagen!

Je suis resté »scotché ». J’ai imaginé, j’ai inventé, j’ai aménagé, bref, j’ai bien aimé…!

Ma vieille automobile à très peu roulé, peu de kilomètres et j’éprouve de moins en moins de plaisir à faire « tourner » le compteur, elle n’est qu’un « utilitaire ».

images Combi t2

Lorsque j’ai vu ce reportage sur la petite lucarne, je me suis mis à rêver…

Back Camera

Tailler la route, partir, quitter, voir ailleurs… Comme cela me plairait… rencontrer, partager, découvrir!

110104054444511428 Combi T2

Je suis sûr d’avoir de beaux rêves cette nuit car cette pensée m’habite au plus profond. un beau complément au plaisir d’avoir déjà mon HD…