Juillet oblige….


Tiens, cela coïncide avec une visite du jour….

C’est un petit bonheur d’écouter ce chanteur…

Un beau matin de juillet, le réveil a sonné dès le lever du soleil
Et j’ai dit à ma poupée : « Faut te s’couer!
C’est aujourd’hui qu’il pa-a-sse! »
On arrive sur le boul’vard sans retard
Pour voir défiler le roi d’Zanzibar
Mais sur-le-champ, on est r’foulés par les agents.
Alors j’ai dit :
On n’est pas là pour se faire engueuler
on est là pour voir le défilé!
On n’est pas là pour se faire assommer
on est venu pour voir le défilé!
Si tout le monde était resté chez soi, ça f’rait du tort à la République.
Laissez-nous donc qu’on le regarde
Sinon plus tard, quand la reine reviendra
Ma parole, nous on r’viendra pas!

L’jour de la fête à Julot, mon poteau, je l’ai invité dans un p’tit bistrot
Où l’on trouve un beaujolais vrai de vrai, un nectar de premiè-è-re!
On est sorti très à l’aise, et voilà
que j’ai eu l’idée de l’ram’ner chez moi

Mais j’ai compris devant l’rouleau à pâtisserie
Alors j’ai dit :
On n’est pas là pour se faire engueuler,
on est là pour la fête à mon pote
On n’est pas là pour se faire assommer,
on est v’nu faire une petite belote
Si tout le monde restait toujours tout seul
ça serait d’une tristesse pas croyable
Ouvre cette porte et sors des verres
Ne t’obstine pas ou sans ça, le prochain coup,
Ma parole, j’rentre plus du tout!

Ma femme a cogné si fort cett’ fois-là qu’on a trépassé l’soir même et voilà
Qu’on se retrouve au paradis vers minuit devant Monsieur St Pie-e-rre
Il y avait quelques élus qui rentraient
Mais sitôt que l’on s’approche du guichet
On est r’foulé et St Pierre se met à râler
Alors j’ai dit :
On n’est pas là pour se faire engueuler
On est v’nu essayer l’auréole
On n’est pas là pour se faire assommer
On est mort, il est temps qu’on rigole
Si vous flanquez les ivrognes à la porte
Il doit pas vous rester beaucoup d’monde
Portez-vous bien, mais nous on s’barre!
Et puis on est descendu chez Satan
Et en bas c’était épatant!
C’qui prouve qu’en protestant quand il est encor’ temps
On peut finir par obtenir des ménagements!

Mais, celui qui m’a fait connaître cet air, écrit par Boris Vian, c’est bien entendu…. mon pote Brassens…chanté par:

Okey, les « ricains » sont venus…mais ils n’étaient pas les mêmes…!

Ils ont un bout de terre de France là où j’ai un brin de famille…

Ceux d’avant ont contribué à sauvé la planète, c’est bien entendu, celui d’aujourd’hui n’a ni cette mémoire ni cette envie…

Mais, tout le monde peut changer?!

Publicités

Le 8 Mars, La Journée de la femme


 
 

Quand les femmes entrent en scène
Lorsqu’en 1909 la harpiste Lily LASLINE devient la première femme recrutée par l’orchestre de l’Opéra de Paris, les hommes menacent de faire grève. Coco CHANEL est de la partie et met les femmes en pantalon. Joséphine BACKER libère le corps et le métissage des cultures. Les tabous se brisent. Le combat des sexes se joue sur scène et dans la rue.

Bonne fête à toutes coeur-charmantnos Superwoman !

J’ai recherché pour vous quelques astuces pour améliorer votre quotidien afin d’être encore plus rayonnantes!
Vous étudiez, vous travaillez, vous élevez vos enfants avec amour, vous êtes retraitées et vous êtes toujours les plus dynamiques pour sortir : plus de 600.000 femmes  sont adhérentes à BilletReduc qui leur propose plus de 2500 idées de spectacles et sorties chaque jour, avec actuellement 75 one Woman Show à travers la France. 260 spectacles Enfants classés par âge et beaucoup d’invitations ou de tarifs réduits. L’équipe BilletReduc.com vous propose une sélection spéciale de spectacles au féminin ou en rapport étroit avec cette journée spéciale.

Femmes ! Dévoile…

Dans l’emphase des mots utiles et dédiés,
Femmes source où l’homme : plaisir à lui, de s’y abreuver
Votre cœur n’est pas un joujou
A prendre plaisir de tous vos atouts.
Mélange irrésistible d’intelligence
Où se conjuguent beauté et élégance,
Sous le charme d’une femme et de ses paysages.
Aux yeux d’étoiles brillantes aux milles présages,
De ces rumeurs de vagues au milieu de l’océan,
Femmes bouillonnantes, sublime chaleur d’un volcan.
Bouche pulpeuse aux dents des neiges éternelles,
Silhouette grandie et rebelle,
Aux doigts de plumes multicolores
Légèreté, ils en déplorent
A se languir de ces minutes.
Hommes aux mains de brutes
A palper : l’artificiel bronzage ;
Descente lente, langoureux massage.
Dans un lieu secret des hommes
Pour un corps qui s’abandonne.
Silhouette en contre-jour :
Fuguer, serait réels chagrins pour toujours.
D’une douce et belle créature
Magique et si pure.
Femme banale,
Femme d’un idéal,
Femme de l’inertie,
Femme des plus belles années d’une vie.
Femme passionnelle
Discrète, respectable, extravagante, caractérielle
Humeur de tous les instants
Coutumes humées en occident.
Femmes, l’auteur se confesse
Penser à vous pour absence de son stress.
Homme parfois solitaire, parfois naïf
Foulant le sol d’une allée bordée d’ifs,
Seul, accompagnée de ses idées
Silhouettes devinées
A toutes les manons de la nuit
Attire le feu physique masculin. Sans bruit…
Espoir d’une rencontre éphémère
Parfois rien ! mais espère…
Un regard volé, mouvement isolé
Sur un corps abandonné
Ce n’est qu’un jeu
De l’amour du hasard, peut-être dangereux.
Rendez-vous secret à voix basse
De deux corps s’enlacent
Sensations et joie se passent.
Baisers volés et discrets
Echange de secrets.
Corps qui se frôlent :
Elle ou lui, qui jouera le premier rôle ?
Plaisirs de l’endroit défendu
Minutes royalement vécues.
Des ombres qui blessent
D’espoirs qui naissent
A verser tant de larmes
L’abandon, désarme.
Du meilleur et du pire,
Le vrai, c’est d’y vivre du plaisir.
Laissons à la lecture : dévoiler ces confidences,
Imaginations offertes à outrance.
Libres d’une journée : intime de l’an neuf

Michel Robert,

 

Sans vous le monde serait triste, avec nous rayonneriez encore plus car nous vous aimons…comme compagnes, filles, sœurs , mères et amies…coeur-charmant