Trucs et astuces


Pour nettoyer le garage.

Se lever à 8h00, boire un chocolat, discuter un brin sur la toile et hop, me voilà parti acheter un balai destiné exclusivement au garage.

J’arrive dans le magasin, oups, n’est-ce pas une erreur, ne suis-je pas dans une maison de retraite? Que des vieux, par ci, par là, partout, dans et autour des gondoles, impossible d’avancer, ça discute dans les allées, appuyés sur les caddy déambulateurs. Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, pas que ça à foutre moi, j’ai une troisième mi-temps à vivre comme un vivant, pas dans cet aquarium bon sang!

J’ai même aidé une momie à virer les articles de son caddy pour aller plus vite.

Une heure après, me voilà à la caisse, bonjour madame, carte de fidèlité (oui, je suis fidèle!) carte bleue (grrrr!), au revoir monsieur.

J’ai acheté quelques articles en plus du balai pour l’intendance de la semaine.

Gaffe sur le parking en partant, ils sont là, il y en a partout avec leur 106, leur 2 CV, leur 4L, les vieux!!!!!!!!!

M……….. le téléphone sonne, <<allo? Guy, ah bonjour, comment tu veux aller à Villefranche ce matin? Pas possible mon ami, j’ai fait plusieurs sauvetages et cela ne m’a pas mis en avance>>

Donc, Villefranche, ce sera pour tantôt! Darty et magasin "samedi soir" (superbe établissement où on craque facilement devant l’originalité)

Retour à l’appart, m…..déjà X heure, bou diou, j’allume la radio (Fun Radio)  ahhhhhhhhhhhh, la belle idée que voilà, sur cette msique de fou, j’ai préparé en 35 mn une blanquette de dinde, un boeuf/carotte (épluchage compris, en taille frites les carottes!), une julienne de courgettes et pommes de terre.

Je suis sorti de la cuisine, je n’arrivais pas à m’allumer une cigarette tant je vibrais!!!

Là, il est 12h08 et tout est cuit!!!! Un truc de ouf!

Je n’irai plus faire de courses le matin!!! Je n’ai même pas nettoyé mon garage, si c’est ça la disponibilité, stop, il faut que je trouve un job!!!!

Bonne journée à tous, je passe à table.

Vous l’aurez compris, le truc et astuce est de ne pas faire de courses le matin entre 9 et 10h00.

Sa vie en quelques lignes


Il se souvient, quinze ans, petit homme déjà trop mûr,

Cherchant le chemin qui fera de lui un homme accompli,

Imaginant déjà sa vie, sa famille à lui, tout son futur,

Au fil des ans il en a fait des rêves durant toutes ces nuits,

Puis cette sortie là, raccompagnant les compères d’une fête,

Tout a coup, deux phares ont surgit, l’enfer a besoin d’âmes,

Mais de la sienne n’en n’a pas voulu et l’a laissé sur la planète,

A se reconstruire, réapprendre à marcher, à retrouver la flamme,

Déjà vieil adolescent, il lui a fallut grandir, arrêter d’être bête,

Construire une autre vie, avec elle, puis elles, puis enfin cinq,

Un temps le ciel fut bleu, l’herbe tellement verte et la vie rose,

Et ces teintes se sont défraîchies, chaque jour étant une toussaint,

Les nuits ont durées vingt quatre heures, les jours furent moroses,

Il en fait des kilomètres pour chercher et trouver une autre lumière,

Connu d’autres personnes, autant perdues le temps d’une pause,

Changer d’horizon, de clan, de monde, au delà des frontières,

Pendant son absence, l’enfer est revenu avec son arme de mort,

Il lui ai offert sa vie pour en épargner une autre, à ce jeu là il perd,

Aujourd’hui, l’homme est là, sans valises trop lourdes et le coeur léger,

Car avec le temps et  un arc en ciel une autre flamme lui est salutaire,

Son « lui » tout entier, tout comme sa personnalité, ressentent encore,

Comme à ses débuts, le besoin d’être fort, accompagné et volontaire,

Qu’il faut croire, vaincre, ne jamais penser qu’ils sont les plus forts,

Oui, il a compris que la vie est un livre qu’il ne faut jamais fermer.

JR

Le phare


Comme un phare aux multiples lumières au dessus de l’ écume,

Dressée, là maintenant, l’ oeil ouvert sur toutes ces embarcations,

Tu veilles comme tu peux, avec sentiments et parfois amertume,

Sur les bateaux, les radeaux, afin que nul ne souffre de déportation,

Parfois les flots de la vie font que les boussoles s’ affolent, nous perdent,

Alors d’ autres horizons ont été investis mais sans quelques habitants,

L’ important est d’ avoir été là un temps heureux où l’ herbe verte,

Était foulée par nos pieds sans nous soucier des embêtements,

Aujourd’hui, nul ne doit être déçu car chacun a pu trouvé son île,

Et aucune âme de cette flottille n’ oubliera le phare et cette sirène,

Qui, sous son chapeau, répond au doux prénom de Marie-Carmen.

JR

Combattre le blues


Pour soigner le blues qui frappe parfois chacun d’entre nous…

Tout d’abord pour vous Mesdames…

Bon, il ne faut pas forcément s’acquitter de toute la liste! M’enfin!!!

Petits bonheurs simples…
En temps de crise, et au quotidien d’ailleurs, il faut savoir se contenter de peu et le transformer en beaucoup.

Alors, voilà la liste (non exhaustive…) de mes ptits bonheurs, ceux qui illuminent une journée au point d’y rajouter quelques degrés dans la froidure de l’hiver, et je veux bien la vôtre, histoire de me donner des idées…

Allez, soyons fous, j’accepte même de me faire voler des ptits bonheurs !

1/ Ouvrir la première page d’une livre tout neuf d’un auteur qu’on aime.Surtout si c’est drôle.Et puissance mille si c’est un Harry Potter qui vient de sortir : là, je prends carrément un WE toute seule ou deux jours de congé, que je passe au lit avec mon bouquin !Marche bien aussi avec les BD, les magazines un peu drôles…

2/ Manger les fruits directement sur l’arbre…framboises, prunes, mangues en ce moment…Meilleur si y’a pas besoin de les éplucher…Encore meilleur si on a une BD ou un magazine, qu’on est étendue sous l’arbre, et qu’on lit en ayant juste à tendre la main…

3/ Se coucher dans des draps tous propres et parfumés, après la douche, et après s’être mis une eau de senteur pour bébé (genre Klorane)

4/ Avoir couché ses petits et qu’ils se soient endormis sans se relever 20 fois …Avoir la soirée tranquille pour soi, à sa grande surprise !

5/ Avoir le tout dernier épisode d’une série que l’on suit avec passion.En ce moment, Chuck, ou Big Bang Theory.Mais aussi How i met ou The office.Avoir du temps, toute seule, pour le regarder.Se faire un chocolat viennois pour le savourer en le regardant.

6/ Se lever le matin, se peser, et découvrir que l’on a perdu un kilo depuis la dernière fois, sans avoir rien fait pour.

7/ Se regarder dans la glace le soir, après la toilette, et s’apprécier avec le visage tout propre et les dents presque blanches et alignées (c’est la lumière qui donne cette impression? Et alors?)…

8/ Se balader et tomber sur une paire de chaussures sublimes à un prix dérisoire. Et en plus, ils ont notre taille !

9/ Avoir un compliment. Pas d’un gros lourd dans la rue, mais de quelqu’un qu’on apprécie !

10/ Etre amoureuse ! Et que ce soit partagé (quand même mieux, non ?) Surtout les premiers mois….où longtemps après si il y a eu break!

11/ Passer une soirée au téléphone ou sur msn avec une copine, à raconter que des bêtises et à se marrer comme des baleinesSurtout quand on dit du mal des hommes !

12/ Sortir le soir et, en levant la tête, voir qu’il n’y a pas un nuage.Et qu’on voit la lune qui brille, et les étoiles.Rester à regarder…S’allonger carrément s’il fait bon.

13/ Finir ENFIN un dossier chiant.En l’ayant bien ficelé pour qu’il ne ré atterrisse pas sur notre bureau dans deux mois !

14/ Allumer la radio et que ce soit justement une chanson qu’on adore qui passe !Si c’est une chanson douce, genre slow, écouter..Si c’est rythmé, chanter en même temps…

15/ Retrouver des sous perdus…Se dire que c’est hors budget et s’accorder le droit de les dépenser futilement !

16/ Dans tous les cas, se donner le droit de faire des dépenses futiles, parce qu’on le vaut bien !Se faire des cadeaux, quoi !

17/ S’acheter un billet d’avion pour une destination lointaine…Passer tout le temps en attendant le jour du départ à imaginer ce que ce sera, ce qu’on verra, comment ça se passera, en faisant et défaisant sa valise.

18/ Retrouver une lettre d’amour de quand on était ado.La relire, se demander ce qu’est devenu l’expéditeur… (Mince, je ne lui en ai pas écrit!)

19/ Mettre une chanson qui “swingue” et danser toute seule dans son salon, dans des vêtements tellement courts et transparents que heureusement que l’on est seule dans son salon !Se dire qu’au moins, on les met, parce que c’est pas au boulot que ce serait possible…

20/ Etre dans une soirée, la musique est bonne, et miracle, ne pas être la seule à avoir une envie folle de danser !

21/ Etre avec des copains et miracle bis, ne pas être la seule à avoir envie de faire un jeu ou de sortir les cartes.

22/ Faire une nuit blanche devant des films ou des séries, avec tout plein de copains, avec ce qu’il faut pour grignoter…

23/ Etre au resto et que personne ne fume ! De toute façon, c’est interdit à présent…

24/ Monter dans le bus ou le métro et avoir une place assise

25/ Trouver où se garer sur un parking surpeuplé.

26/ Faire un Tiramisu pour dix personnes… (deux pots de mascarpone, six oeufs…)Le manger toute seule, une double part à chaque repas pendant plusieurs jours.

27/ Faire un gâteau en général.Seule ou avec les enfants.Le sentir cuire, et le manger encore indigeste et limite pas bon dès sa sortie du four.

28/ Compter ses jours de congés…Se rendre compte qu’il nous en reste plein !Et que c’est pas si grave d’être un peu à découvert, si on peut partir en voyage .

29/ Faire le ménage en grand, tout ranger à sa place, et se rendre compte quand c’est fini que c’est bien, aussi, une maison impeccable, même si c’est fatigant et qu’on le fera pas tout les jours, le grand ménage !Ce qui permet d’apprécier encore plus les jours où c’est impec !

30/ Faire couler un bain bouillant, allumer des bougies, prendre un bouquin, se mettre un masque sur la figure, et ne pas ressortir avant deux bonnes heures…

Une petite note positive


Après quelques mots qui auraient pu vous faire frémir,

Ecrits la nuit, le temps d’un bref retour de ma conscience,

En voici d’autres à parcourir seulement pour vos sourires,

Mes amis, ma famille, ne vous y trompez pas, j’ai confiance,

Et je sais qu’au bout de cette nuit alors que le réveil va sévir,

Je me lèverai doucement et libre de toutes vilaines obligations,

Car maintenant j’ai le temps de rêver, certes, mais aussi de rire,

Et puis, ces moments là ne sont’ils pas naturels ainsi que bons,

Je reste votre serviteur qui, goulûment, à besoin de sentir,

Au milieu de vous une place de choix qui vaut protection.

JR

Le Fils de mes nuits


En arrivant lorsque mes yeux sont fermés et mon esprit abandonné,

Tu me cherches et ne me quittes plus le temps d’une autre aventure,

Interressé tout comme moi par ces rencontres qui nous ont été arrachées,

Ensemble nous bravons et chassons l’un et l’autre les mauvais augures,

Ne crois pas que ces moments m’ effraient, ils sont là et je les attends,

Ne pense pas que tu n’ as plus ta place ici dans mon coeur et mon être,

En partant tu savais que je resterai ton père, aujourd’hui, tu es mon maître.

 

J’ai croisé la trajectoire d’Armageddon


La journée commençait bien pourtant. J’avais fait les courses, les entrecôtes étaient dignes d’être dévorées par nous, supporters de rugby chevronnés. J’ai préparé les légumes et l’Auvergnat lui, devait cuire la viande…cool me dis-je.

La consigne que nous nous étions fixée était celle-ci, déjeuner de bonne heure afin de faire un petit tour et ensuite pose télé pour le match.

Apéro sympa, table mise sur nappe cerise, il fallait que je le dise…, je sers l’entrée, lélégumes étaient prêts, le Bougnat, comme un seul homme se lève et lance << je vais cuire les entrecôtes >>(300 gr. chacune tout de même). Je discute alors avec le haut savoyard de ci, de ça (comme vous les filles, en fait!). Quand, tout à coup, un grand cri!!!!

<<Qu’a-tu l’Auvergnat?>> Lançais-je. <<P…………………ça saute de partout>>Répondit’il!

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhh, non seulement ça a sauté, cela a même bondit!!!!

De la graisse partout à 2.00 mètres à la ronde (ronde, mais ronde, il y en avait même au plafond!!!

Le bougre, pour cuisiner, avait ouvert placards et tiroirs, où la graisse s’est engouffrée de bon coeur. Bref, tout ruissselait et faisait "Zip" lorsqu’on prenait ci où ça, et clape quand on marchait…je ne sais pas ce que c’était mais je crois que je ne l’oublirais jamais….(Claude, si tu nous entends?)

Ma cuisine était nickel avant qu’Armageddon ne l’investisse. Je vais devoir faire tourner plusieurs fois le lave-vaisselle pour dégraisser le champ de bataille.

Nota:

Lorsque je parle d’Armageddon, il ne s’agit pas de la colline de Meggido, un petit mont de Palestine (ce qui est certain, c’est que demain je devrai me convertir afin d’avoir uine cuisine karcher…hi hi hi, j’l’aime bien celle-là…Palestine/ karcher…non? Bon alors tant pis), mais de l’astéroïde qui menaçait la planète et que Bruce Willis a fait sauter dans le film de Michael Bay!

La France, donc, devait rencontrer l’ Angleterre sur le stade de  Twickenham à partir de 16h00. Eh bien nous, français, on a pris une leçon de rugby par ces p……d’anglais, une déculotée dont on se rapellera longtemps!!!

Quelle journée de m……………!

Je vous quitte, je dois commander du papier peint, une linolite (lampe au dessus de l’évier, eh oui, ça a giclé jusque là!) qui a refusé de voir le carnage en cuisine et qui a préféré se laisser mourir, je vais aussi acheter du produit super dégraissant, de la lessive pour lave-vaisselle, et des chaussures de marin pour ne pas glisser sur le pont.

Heuuuuuuuuu, les entrecôtes étaient bonnes.

Bisou…………….

Confession intime…


Voilà mes amis, je suis libre de tout engagement, mais ne vous y trompez pas, pour cela, j’ai dû respecter ma conviction et philosophie personnelles.

A l’ heure où les égocentriques de cette terre ne pensent qu’ au profit en parvenant à gruger autrui et à l’ amoncellement de leurs biens matériels en jalousant encore celui des autres, je ne pense, moi, qu’ avoir une vie sereine, basée sur le seul bien valable sur cette planète, je veux dire la vie.

Je ne sais pas ce qu’ elle me réserve mais j’ essaierai en tout cas d’en tirer le maximum, je l’ avoue…Je vois par cette réflexion, longue en date dans ma tête, que l’ échange avec des esprits sains et honnêtes, ne plus être l’ appât des dominants et écouter ceux qui en ont besoin.

Pendant quarante années je ne me suis dérobé, j’ ai aussi trop dit "oui" et fais confiance. Aujourd’hui, je ne vais pas intégrer le camp adverse pour autant, mais simplement être présent là où j’ aurai l’ intime conviction de servir à quelque chose tout en profitant des expériences des personnes que j’ espère encore connaître.

Je pense que j’ ai beaucoup de chance, j’ arrête ma carrière dans de bonnes conditions, mais pour cela je me suis exposé et j’ ai osé braver le système, échapper à cet esclavage spirituel pratiqué par les financiers qui ont des € à la place des yeux et du coeur "toujours plus pour moi et peu pour toi".

Ai-je fait le bon choix? Je n’ en sais rien, mais ce que je peux dire, c’ est que je suis en harmonie avec moi-même. Cela ne m’ était pas arrivé depuis longtemps. J’ ai encore tant à faire que je n’ai aucune crainte pour la suite. L’ important est de croire en soi…

Qui m’ aime me suive dans cette confession que je vous offre d’ ores et déjà.

Bien à vous…

Vendredi 13…


Quelle belle lune de cette nuit!

Je vous souhaite toute la chance possible, parfois, il est vrai, il faut oser aller au devant de cette chance, comme on le dit, elle sourit aux audacieux!!!

L’avenir est devant vous, mais il sera derrière si vous vous retournez!!! Pierre Dac

Un brin de météo : Temps couvert, mais le ciel bleu est au dessus.