C’est insupportable…!


Etre contesté par une septuagénaire est vraiment « in…sup… porr… tââââ… bleeeeu »

(Giulio Chierchini)

Se rendre à son travail avec la peur au ventre, celle d’être mis en défaut par une grand’mère est le lot quotidien des forces de police, mais c’est intolérable…!

J’espère que ces fonctionnaires de police seront décorés comme il se doit.

Mais où va t’on??? Que font les organismes de retraite pour empêcher de tels actes???

Tenez, cela me rappelle une bande dessinée, de ma période 8/10 de l’enfance. Une en particulier, celle de grand’mère « Tartine Mariol »…Plus elle tapait cette Mamie, plus elle était populaire car, elle ne contestait que lorsque elle était victime d’injustices ou de dénigrement…Elle, restera Mariol…quant aux autres…on ne sait rien d’€ux et on ne peut rien pour €ux, €ux les gentils… €ux les zélus… €ux qui savent pour nous…€ux qui inculquent le savoir-vivre, le savoir faire et prêchent la raison dans une quiétude qu’ils arrangent à leur façon…

(à d’autres moments, Tartine Mariol cuisinait un ragoût qui était à tomber….)

Chacun pensera ce qu’il voudra….

La faim a fait sortir le loup du bois…


Un proverbe qui remonte au moyen Age, où les loups constituaient une menace bien réelle dans la vie quotidienne des villageois.

c6de7f9104431c5761ed43e5e2dedfe31ea3c556_carrefour-sens-giratoire.jpg

On imagine très bien le dilemme de notre loup; rester caché au fond des bois et mourir de faim, ou sortir à découvert et, en gagnant l’espoir de se remplir la panse, courir le risque de se faire abattre?

Tel est le sens de ce proverbe animalier:

  • le besoin
  • la nécessité

LUMC-rotonde-rond-point41URBEXBxQL._AC_US218_ GILET JAUNE

Ces deux points importants font se dévoiler et commettre des imprudences qui seraient impensables si l’on n’en était réduit aux dernières extrémités. Lorsqu’on poussé par l’urgence, on prend des risques et on s’expose. Les auteurs de romans et feuilletons policiers le savent bien qui placent souvent ce proverbe dans la bouche des commissaires qui attendent patiemment que le tueur, aux abois,  en vienne de lui-même à se révéler.

Chant des barricades…des gilets jaunes


Tout y est…M. L’Maire…

Un air de gosse….comme un air de Gavroche…

Le chant d’une société qui espérait autre chose.

…sur les barricades

Ahhhhhhhhhhh, les misérables!

♪ La Faute à Voltaire ♪

Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau
Je ne suis pas notaire, c’est la faute à Voltaire
Je suis petit oiseau, c’est la faute à Rousseau
Il est tombé par terre, c’est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau
Si tu n’es pas notaire, c’est la faute à Voltaire
Tu es petit oiseau, c’est la faute à Rousseau
Je suis tombé sur terre
Même Dieu ne sais pas comment
Je n’ai ni père, ni mère
Qui m’reconnaissent leur enfant
Je m’suis fait une famille
Avec ce qui n’en ont pas
Joyeux drilles en guenilles
Avec un coeur gros comme çaIl est tombé par terre, c’est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau
Joie est ton caractère, c’est la faute à Voltaire
Misère est ton trousseau, c’est la faute à Rousseau

Je suis un va-nu-pieds
Mais, nu, le pied va quand même
Je prends ce qui me plaît
Pour payer, pas de problème
Je fais des pieds de nez
Aux marchands et à leurs dames

Et pour te rattraper
Il leur faut plus qu’un gendarme

On me connaît partout
De Clignancourt à Belleville
Je suis aimé par tous
Sauf par les sergents de ville
Je vis de ce qui vient
Et de ce qui ne vient pas
Sans savoir à l’avance
Menu du prochain repas
Misère est mon trousseau

C’est la faute à Rousseau
On est laid à Nanterre
C’est la faute à Voltaire
Et bête à Palaiseau
C’est la faute à Rousseau

Si tu n’es pas notaire
C’est la faute à Voltaire
Tu es petit oiseau
C’est la faute à Rousseau

Il est tombé par terre, c’est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau
Si tu n’es pas notaire, c’est la faute à Voltaire
Tu es petit oiseau, c’est la faute à Rousseau
Tu es petit oiseau, c’est la faute à Rousseau

(Bon, ce n’est qu’une proposition!)

 

Etre à la fête…


…entre les œufs de la Toussaint, le sapin de la Pentecôte, l’armistice de Pâques, l’assomption de Noël, le lundi du 1er mai, le 14 juillet 1945 tout en passant par la lorraine le lundi de l’ascension du 08 mai, sans oublier la victoire du travail…(vers le 08 décembre???), l’heure d’été et le casse tête de celle de l’hiver………… j’ai décidé de jeter le calendrier et mettre les pendules en panne. Non mais…y’en a marre!

Il faut sans cesse attendre tel ou tel jour, le pont de ci… la fête de là…le lundi de truc et la veille de l’épiphanie… STOP… !!!

Serait-il possible de ne vivre que l’instant présent en se remémorant les beaux souvenirs d’hier et en projetant des lendemains simples et colorés,

IL FAUT FÊTER LES NON-ANNIVERSAIRES…!

Manger des huîtres le 03 juin, tirer les rois le 04 septembre, défiler le 21 février…comme n’importe quel jour si cela vous chante, je vous laisse définir le reste, ce que j’aurais pu oublier et surtout ce qui vous ferait plaisir…cela chaque jour…

Bien, bonne soirée à tous…j’ai un rendez-vous que je ne peux remettre… 🙂

 

J’ai trouvé…!!!


…euréka…

Comme quoi les grecs anciens ont de bonnes formules!

En ce qui me concerne, la révélation date de ce milieu de matinée. Depuis de nombreux jours j’ai l’impression d’être une boule de flipper qui « bugne et bigne » sur des champignons atomiques en faisant des étincelles et bruits bizarres entremêlés. De labos en cliniques via hôpital, j’en passe et des pires, des jours ont passés sans que je m’en aperçoive vraiment. Ni le temps ni les lieux n’avait d’importance, il fallait simplement suivre des indications et itinéraire programmé.

Fatigué, plutôt lassé et surtout épuisé nerveusement par tout ce vacarme médical, administratif et j’en passe et des pires encore, mon neurone s’est soudain rebellé!!!

Je suis parti ce matin, à pieds, sac au dos, sans mot dire mais pas sans maudire pour autant!

J’ai atteint mon but, celui qui m’a été imposé par mon rebelle de neurone. Et là, j’ai choisi un chou frisé, des carottes, des patates, des poireaux, un oignon, du plat de côte, jarret, flanchet…sans flancher, clou de girofle pour fixer, et bouquet garni pour fleurir et respecter mon envie, de retour au terrier, le semblant d’humain que je suis devenu à lavé, épluché, tranché, assaisonné ce naturel bouquet d’automne pour le nicher dans le chaudron magique au fond duquel les saveurs et parfums de chaque composant ont pu se révéler les uns aux autres jusqu’à donner naissance à un pot au feu d’enfer pour un retour en paradis.

Voilà le brin d’évasion dont j’avais sans doute besoin….simplicité et convivialité un dernier jour d’octobre…après cette semaine de folie qui m’a bien mis à plat…de côte hi hi hi….

Je vais m’administrer l’antidote moi-même, pas besoin de sept années d’études pour ça, la guérison au fond de la marmite!

Plus de rendez-vous pénibles avant le 12 novembre…je me souviendrai longtemps de ce 06 avril…en mettant ma vie sur un fil….

Ciaoooooooooooooooo je vais parfaire mon médicament en le traitant délicatement…. Demain sera mieux encore… 🙂

(je vois en bas et à droite de l’écran « bouillon enregistré à 16h53 min.) ah non, c’est « brouillon »!!!

🙂

Interpellé…!


…scotché ce matin, à la vue de ce tableau qui m’a immédiatement fait penser à ma dernière sortie moto…tout va si vite. Je n’imaginais pas être conquis par ce néo-impressionnisme.

Riding…                                                                                                                                        With…

…Death

Jean-Michel BASQUIAT

22 décembre 1960 à Brooklyn, New-York City-USA

12 août 1988 à Manhattan, New-York City-USA

Certains seront choqués, personnellement j’y ai trouvé une relative vérité avec l’imprévu…la vie et d’un coup le néant…

Ce tableau est …

Vérités ou intox, humour ou absurde…?


Si deux sourds sont amis, c’est qu’ils s’entendent bien.

Toute personne qui plonge dans l’alcool n’arrivera jamais à rentrer dans la bouteille.

Les hommes politiques et les couches doivent être changés régulièrement…et pour les mêmes raisons.

Les socialistes aiment tellement les pauvres qu’ils en fabriquent.

A coté d’un verre vide il y a toujours un mec plein.

Jésus transformait l’eau en vin. J’ai essayé…en vain!

Si ta santé est altérée, fais la boire.

Le jour ou Windows inventera quelque chose qui ne plante pas, ce sera un clou.