C’est un aveu…


…comme emprisonné dans un manque absolu de rien….

…je suis passé sans conviction, même pas parce que j’aurais pu voir de la lumière! De plus, tout est éteint, alors cette hypothétique raison ne tient pas la route. Je n’ai aucun sujet à développer, aucune envie qui me guide et aucun souhait à formuler! J’ai autant de « pêche » que les plançons de piments des landes qui m’écoutent tapoter le clavier, et puis, comment cela pourrait les séduire et… ‘faudrait-il encore qu’ils formulent eux-mêmes une demande qui ferait frissonner leurs feuilles naissantes!!!

Non non, rien ne pèse sur mes épaules ni gêne mes pensées…absentes….

J’écoute cette soirée de printemps qui s’égraine lentement sans la moindre turbulence. Le soleil couchant dessine une ligne de lumière tombante au loin, sur les plus hauts bâtiments de la ville, quelques reflets se figent sur des vitres ici et là avant de laisse naître une nuit douce et plus fraîche.

Je pense que je « m’emmerde » un peu, beaucoup, pas passionnément et même plus que ça…

Je laisse le temps au temps

Un nouvel arrivage de citations…


C’est une erreur de croire que, chez les grands personnages, les services nouveaux fassent oublier les anciennes offenses.

           Le Prince (1513). VII de Nicolas Machiavel

 

Quand il s’agit d’offenser un homme, il faut le faire de telle manière qu’on ne puisse redouter sa vengeance.

          Le Prince (1513). VII de Nicolas Machiavel

 


Les hommes sont si simples et si faibles que celui qui veut tromper trouve toujours des dupes.

          Le Prince (1513) de Nicolas Machiavel

 

Les hommes oublient plus vite la perte de leur père que la perte de leur patrimoine.

Le Prince (1513). VII de Nicolas Machiavel

Les grands hommes appellent honte le fait de perdre et non celui de tromper pour gagner.

           de Nicolas Machiavel

 

(J’arrrête là, cela me rappelle trop les prochaines élections…)

 

 

Après le 1er, eh ben c’est le 2…!


fatalement, nul ne peut y échapper, donc, autant faire un bœuf entre potes, ça tombe bien car c’est l’heure! 😉

Alors j’ai réuni quelques célébrités, toutes nées un deux avril.

Nous avons chanté avec Gainsbourg,vu et écouté les sketchs de Thierry Le Luron, regardé quelques films avec Alec Guinness (non non, rien à voir, à boire non plu!), dans cette assemblée il y avait encore:

… ce que les trouble-fêtes veuillent mettre un terme à tout ça, ils avaient sommeil, et, prétextant qu’eux sont partis ce même jour… j’ai les noms!

Sans blague…


L’expression!

…ou encore…

  • Sérieusement?
  • Ironique.
  • Plaisanterie à part.

Pour un premier avril, chacun a le droit de douter, n’est-ce pas?

Je savais que le temps n’allait pas être clément, j’ai alors aménagé mon programme de cette journée en conséquence:

  • Comme soigner les plançons de piments des Landes (ils se nomment « Espelette » en cas de naissance dans la région, et de graines de fruits de même condition.)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Finir le paquet de farine, avec sel, levure, pétrissage à la main et cuisson nucléaire (four électrique!).

WP_20170401_15_23_54_Pro

  • Paramétrage final de mon compte « Nespresso » après réception d’une nouvelle commande de capsules reçues ce matin.

Livanto, New  Cosi, Capriccio, Volluto, Vivalto Lungo Decaffeinato, Ciocattino, Kazaar, Dharan, Cerise…

Bien des appellations qui font voyager l’imaginaire…

  • Et enfin, apprécier un thé vert en écoutant un printemps tant attendu le temps d’un  jazz programmé.

WP_20170401_15_26_22_Pro

(si vous regardez bien, au fond du mug, le dépôt laissé par les feuilles de thé laisse apparaître un poisson… Incroyable non, sans blague! (sérieux, je n’y suis pour rien!)

Rien de transcendant, d’extraordinaire, d’exceptionnel… La moto, elle, dort paisiblement au garage après les sorties des derniers jours sous un vent, ma foi, trop présent à mon goût. le CD de jazz se termine en même temps que cet article… Ciaooooooooooo

🙂

Une journée au calme pour un premier avril….une journée sans blagues…