La moto, c’est le pied…


La communion avec les éléments, si près de la route à chaque instant, vibrer au rythme des cylindres…tout cela est grisant!

mais ne vous y trompez pas, il ne faut pas pour autant monter parmi les étoiles.

Tiens, je vais vous raconter une anecdote sur le sujet;

Il faisait beau, un temps à rouler à moto, oui, il faut dire « à moto« , nous roulons en voiture et non pas « à voiture« , pour la moto c’est l’inverse… Je transforme en image;

  • quatre roues = en voiture (ou autre caisse à savon)
  • deux roues = à moto ou autre engin motorisé à trois roues
  • Par contre, pour les chevaux, il faut dire « à cheval » et non pas « en cheval » même si l’animal est doté de quatre pattes! Pour le steak, curieusement, nous devons dire aussi « un steak à cheval » (bizarrerie de la langue française)
  • Alors, pour la 750 Four Honda (modèle des années 70), ou appelée communément « 4 pattes« , nous devons aussi prononcer « à moto« ! (en effet, rien à voir avec les chevaux qui eux, ont quatre pattes!)

Revenons à nos moutons, nous ne sommes pas là pour les compter après tout!

Le pilote, dans la même galaxie mais « dans la lune », oui, il ne faut pas dire « sur la lune » car le moyen de locomotion est très différent! Le pilote donc s’apprête à partir, il se vêt en conséquence… enfourche sa monture, et démarre son attelage.

La roue arrière, dans le prolongement de la roue avant, non, j’explique car il faut bien visualiser et surtout comprendre le sens de la manœuvre, la moto se mouve à l’invitation du conducteur pour immédiatement bloquer son avancement à cause d’un blocage de la roue arrière. Cet état de fait à eu pour conséquence immédiate la chute de l’ensemble sur le côté gauche de la machine qui, montée par ce pilote provisoirement déplacé sur l’astre lunaire n’a pas compris ce qui se passait au niveau du vaisseau dont il devait assurer le bon fonctionnement.

Aïl…Chtonc…damned…ギギフー…ouille…crack…擬音語? …Tsoin-tsoin 

La machine, le bonhomme, le goudron, tout était sur le même plan….C’est le pied, la moto, c’est le pied!!

Oui, c’est le pied qui a tout pris!

La communion avec l’asphalte, le pied gauche coincé entre le sélecteur de vitesse et le goudron noir de la chaussée attisée par un piquant soleil d’été a fait naître cette pensée…pour que la moto reste un plaisir, il faut être lucide et équipé en conséquence………..

Le pilote l’a été……..équipé !

Le pilote ne l’a pas suffisamment été… lucide !

Moto cassée, orteils cassés, orgueil blessé, malus augmenté.

Très souvent, la moto………..C’EST LE PIED………………..!