Bugnes à bugnes…


Les bugnes, appelées aussi merveilles dans le Sud-Ouest et en Vallée d’Aoste, ou encore beignets de carnaval sont originellement une spécialité culinaire du duché de Savoie, qui a fini par s’étendre jusqu’au centre-est de la France (qu’on retrouve principalement dans la zone de locution de l’arpitan, notamment Lyon, le Dauphiné, la Vallée d’Aoste, la Vallée du Rhône, Saint-Etienne et en Franche-Comté. Il s’agit d’une petite pâtisserie de la famille des Beignets.

Comptine:

Mardi Gras, ne t’en vas pas, y’a des bugnes, y’a des bugnes,

Mardi Gras, ne t’en vas pas, y’a des bugnes, t’en auras pas.

Dans le Larousse de l’Argot et Français Populaire, on note que le mot bugne désigne au sens figuré : « une mandale, un coup de boule dans la tronche, un coup droit dans les « artiches« . Le glissement de sens est sans doute lié au côté étouffe-chrétien du gâteau d’origine. Par extension, le mot peut désigner également une bosse à la tête (forme du gâteau) ou s’employer transitivement dans des expressions du type « bugner sa bagnole » (lui faire une bosse).

Tu vois pas ce que je veux dire?!

Illustration:


images-TFEt là, c’est plus clair????

Pendant que les tontons ci-dessus préparent les toasts, voici la recette des bugnes ou beignets de carnaval ci dessous:

Ingrédients / pour 6 personnes

Réalisation

  • Difficulté – Facile
  • Préparation: 20 mn
  • Cuisson: 20 mn
  • Temps Total: 40 mn
  • PRÉPARATION

    1 – Mélanger la farine, la maïzena, les sucres et le sel.
    Ajouter les œufs un à un, puis le beurre ramolli et le rhum.
    2 –  Mains farinées, pétrir en une pâte épaisse, en ajoutant la levure et le zeste de citron.
    Ne pas travailler trop longtemps.
    3 –  Sur une planche bien farinée, étaler la pâte au rouleau en une mince épaisseur.
    Découper des formes diverses : carrés, ronds, losanges, étoiles, tresses, rubans, etc.
    4 –  Faire cuire les beignets à friture chaude en les plongeant un à un.
    Les retourner pour les faire dorer de chaque côté. Egoutter sur du papier absorbant et saupoudrer de sucre glace.
    5 –  Ces beignets se consomment aussi bien chauds que froids.

On va bien « s’marrer »….


…demain!

Eh oui, ce sera « Mardi Gras »!!!

420px-MardiGrasRag01

Comptines, dictons, citations

Comptines:

  • Mardi gras, t’en va pas, tu mangeras des crêpes. Mardi gras, t’en va pas, tu mangeras du chocolat.
  • Mardi Gras est mort, il est pas mort il dort, Ah !! Mardi Gras !! T’en fais pas, t’auras des crêpes. Ah !! Mardi Gras !! T’en fais pas, t’en auras pas (comptine boulonnaise, pas-de-calais)
  • Mardi gras ne t’en va pas, je fais des crêpes, je fais des crêpes. Mardi gras ne t’en va pas, je fais des crêpes et tu en auras.
  • Mardi-gras est mort. Il faut l’enterrer. Sa femme qui pleure, faut la consoler. En une, en deux, en trois, saute Mardi-gras.

Dictons:

  • Lune de Mardi-Gras, tonnerre entendra.
  • A Mardi gras, qui n’a pas de viande tue son coq – Qui n’a pas de coq tue sa femme.
  • Quand Mardi gras est de vert vêtu, Pâques met des habits blancs.
  • Au Mardi gras, l’hiver s’en va.
  • Mardi gras sous la pluie, l’hiver s’enfuit .
  • Si le soleil est là pour Mardi Gras, il reparaîtra tout le Carême.
  • Mardi gras près du feu, Pâques auprès de la porte ; Mardi Gras près de la porte, Pâques auprès du feu.
  • Mardi Gras, beau temps, beau foin.
  • Si le soleil luit tôt le matin, semailles de Mardi Gras vont bien.
  • Le soir de Mardi-Gras, il faut danser sur les fumiers pour avoir des navets.
  • Mardi Gras pluvieux, fait le cellier huileux. (Périgord)
  • Le jour de Mardi gras si les noyers sont mouillés y’aura des noix. (Charente)
  • Lune quand tu la verras nouvelle le Mardi gras force tonnerre tu entendras. (Aveyron)

Citations:

  • Un jour par an, le Mardi gras par exemple, les hommes devraient retirer leur masque des autres jours. Citations de Eugène Avtsine, dit Claude Aveline, 1963.
  • Un Turc, qui était passé à Paris le temps du carnaval, racontait au sultan, à son retour à Constantinople, que les Français devenaient fous en certains jours, mais qu’un peu de cendre, qu’on leur appliquait sur le front, les faisait rentrer dans leur bon sens. Louis Julien Larcher (1808-1865)