poésie…?


…bon, d’accord! Mais en poésie populaire…

MADRIGAL

Vous qui n’aimez pas qui vous aime

Ni qui vous serait aimer

Et ne donnez de vous-même

Que ce que voulez donner.

Moi qui vous cherche et vous aime

D’un cœur tendre et sans danger,

Je ne vous suis qu’étranger.

Mais, hélas! L’étrange peine

Que celle qui fait aimer

Sans soucis que l’on vous aime

(La Bohème et mon cœur)

Quand je revis ce que j’ai tant aimé,
Peu s’en fallut que mon feu rallumé
N’en fît l’amour en mon âme renaître;
Et que mon cœur, autrefois, son captif,
Ne ressemblât l’esclave fugitif
A qui le sort fait rencontrer son maître.
Voici un autre texte dans un esprit similaire….Le premier pourrait s’adresser à….

derrière le miroir…


…il se passe toujours quelque chose! Quoi, comment le savoir vraiment? Mais je suis « fait » de telle sorte que je sens ces choses, cela m’est déjà arrivé et là je sens une éruption imminente…

Image

Bien où mal cela fait toujours avancer, de toute façon j’ai trop exploré cette quatrième dimension ces dernières nuits pour ne pas m’attendre à un immense bouleversement.

Si chaque jour est un autre jour il faut espérer en mieux, le « lourd » du quotidien doit faire tourner la roue de la vie sur des chemins moins chaotiques.

Je vais donc laisser mon esprit se poser, se reposer même et attendre tout en appréciant le présent.

Voilà une petite note de surnaturel qui, ma foi, ne doit pas m’effrayer…

Bonne journée et à plus sur cette toile.

Epicétou… 🙂