Après ce brin d’histoire…Histoires spéciales enfants


La maîtresse à toto:

– Conjugue-moi le verbe savoir à tous les temps.

– Je sais qu’il pleut, je sais qu’il fait beau, je sais qu’il neige.

__________

Une petite fille rentre de l’école et dit à sa mère:

– Il faut que tu m’emmènes chez le médecin, maman, ma maitresse m’a dit de soigner mon écriture.

__________

C’est la Noireaude, la vache à Gérard. Elle vient de gagner un deuxième prix de beauté, lors du concours agricole de Paroy-sur-Tholon.
Un journaliste lui demande :
– Ca va, vous êtes contente ?
– J’espère faire meuh la prochaine fois !

__________

Toto rentre de l’école :
– Papa ! Tu vas être fier de moi ! J’ai été le seul à répondre
à la question du maître !
– Et c’etait quoi la question ?
– C’était : qui a posé une punaise sur ma chaise ?

__________

J’ai 12 pieds, 8 bras, 6 têtes et 3 doigts.Qui suis-je ? Un menteur!!!

__________

Pourquoi les gorilles ont-ils de grosses narines ?

Parce qu’ils ont de gros doigts!

__________

Toto achète une paire de lacets.
– Et avec ça, fait le vendeur ?
– Avec ça je vais attacher mes chaussures…

__________

Une dame ver de terre rencontre une de ses amies.
– Qu’est-ce que tu as ? Tu en fais une tête ! Et ton mari, il ne t’accompagne pas ?
Alors, la dame ver de terre, tristement :
– Il est à la pêche…

__________

– Qu’est-ce que tu as, petit cafard ? Tu as l’air bien malheureux…
– J’ai l’homme…

__________

Le maître s’adresse à ses élèves.
– Je vais vous rendre vos devoirs de mathématiques. Il s’agissait d’un problème de robinet qui fuit.Toto, tu n’as rien répondu mais tu as écrit un numéro de téléphone. Pourquoi?
– C’est celui de mon père, m’sieur, il est plombier…

Un peu d’histoire


Chatillon Sur Chalaronne (46° 07’ 18’’ Nord – 4° 57’ 21” Est)

Altitude mini: 215 mètres

Altitude maxi: 274 mètres

Héraldique (relatif au blason)

Armes de Châtillon-sur-Chalaronne

La commune de Châtillon-sur-Chalaronne porte:

Écartelé de gueules et d’or, à la croix d’argent brochant, chargée en cœur d’une étoile aussi de gueules.
Toponymie (science qui se consacre à l’étude de l’origine et de l’étymologie de noms de lieux, merci à Auguste Longnon [normal que je vous aide un peu!]

Située au confluent de la Chalaronne et du Relevant, Châtillon est une ville de la Bresse installée au cœur de la Dombes ce qui lui vaudra différentes appellations au cours des siècles: "Chatillon en Dombes", puis "Châtillon-lès-Dombes" au XVIIe siècle pour finalement se nommer Châtillon-sur-Chalaronne à partir du XXe siècle.

 

Faits historiques

De la Préhistoire, Châtillon ne possède que quelques traces dans son paysage: les "poypes", sortes de monticules artificiels composés de terre et de cailloux dont l’origine serait due à des tribus néolithiques.

Si des Gaulois ont vécu à Châtillon, il n’en demeurre aucune trace. Par contre les Romains nous ont laissé quatre superbes voies commerciales et stratégiques dont la première à l’est mène à Saint Paul de Varax en passant par Marlieux, la seconde au Nord conduit à Bourg en Bresse, la troisième au Sud traverse Saint Trivier sur Moignan pour aller à Trévoux et la dernière à l’ouest nous amène à Belleville. À cette époque, notre ville faisait partie de la province lyonnaise occupée par les Romains, et ces routes leur servaient à communiquer avec d’autres voies vers l’Helvétie et la Germanie pour les deux premières et à rejoindre la Saône pour les deux autres voies.

Vers 443, la ville passera sous la domination des rois Burgondes. À la mort de leur dernier roi en 1032, l’empereur d’Allemagne, alors héritier des terres, ne peut prendre possession de cet héritage. L’heure est à l’indépendance et Conrad II le Salique n’a pas de grande armée pour occuper ce territoire.

Au XIe siècle, Châtillon devient enfin une seigneurie comprenant les villages alentour de Buenans, Fleurieux, Saint-Cyr-sur-Chalaronne et quelques autres mas épars. En 1023, dans son château fort, le sire Hugo de Châtillon devient le seigneur de ce petit fief. De la maison de Châtillon, seront issus deux personnage célèbres: Bérard qui fut évêque à Mâcon et participa à la croisade en Terre sainte et son petit-neveu Étienne qui vécut 27 ans à la combe de la Chartreuse de Portes et acquit l’auréole des saints (fête le 26 juin).

En 1101, la ville appartient à Robert l’Enchaîné. Ce dernier désire se joindre à la croisade auprès de Geoffroi de Bouillon. Pour financer son expédition, il lègue en "franc-alleu" les seigneuries de Châtillon et Montmerle à Guichard alors sire de Beaujeu. Peu à peu, la cité prospère, se peuple et s’agrandit.

Le 15 janvier 1228, Humbert sire de Beaujeu marie sa sœur Sibille de Beaujeu à Renaud, sire de Bagé et de Bresse. Dans la corbeille de mariage, outre 500 marcs d’argent et 40 livres de rente en fonds de terre, figure la seigneurie de Châtillon. Or Sibille, âgée de 13 ans, unique héritière de la maison de Bagé a comme tuteur Amé de Savoie le futur Amédée V.

En 1790, elle devient chef-lieu de district jusqu’en 1800.

L’ancien château a été construit par les seigneurs de Châtillon vers l’an 1000 et détruit par les troupes d’Henri IV en 1598. De nos jours, il en reste 4 tours et une partie de l’enceinte. Il fait l’objet d’une inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques[8] depuis le 22 février 1927.

Aujourd’hui, sont donnés bons nombres de manifestations sons et lumières dans ce joli cadre. Je le sais, je les entends de chez moi!!!

Ancien château: ci-dessus

____________________________________________________________________________

L’église Saint-André fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques[12] depuis le 14 avril 1909.

_______________________________________________________________________________________

 

Maisons à colombage

Pour certains, une maison en bois évoque une lointaine cabane au Canada, pour d’autres ce sont les chaleureux chalets de montagne protecteurs sous une lourde couverture de neige ou encore les grandes maisons à colombage d ‘Alsace ou de Normandie.

La maison à colombage se distingue par le système de fixation des bois entre eux. Les assemblages, bois à bois, se font à tenons et mortaises et sont chevillés les uns aux autres. Les bois proviennent des forêts de feuillus de la région avec une certaine prédominance pour le chêne. Après l’édit de Colbert sur les incendies, les maisons à colombage de nos villes ont été recouvertes de crépi blanc ou richement coloré selon les traditions locales. Derrière ce crépi, l’accrochage se fait, à l’ancienne, à un entrelacement de baguettes de saules ou de verges de noisetiers ou à toutes sortes d’autres supports modernes.

_______________________________________________________________________________________

 

Monument Saint Vincent

Vincent de Paul est né le 24 avril 1581 à Pouy, petit village proche de Dax dans les Landes de Gascogne. Il est le troisième d’une fratrie qui comprend quatre garçons et deux filles. Son père Jean de Paul est un petit exploitant agricole, propriétaire d’un domaine appelé « Les Ranquines ». Sa mère Bertrande de Moras appartiendrait en revanche à une famille de la petite noblesse locale.

Vincent est amené très tôt à apporter son aide à ses parents qui peinent à nourrir une famille nombreuse. Aussi passera t-il le plus clair de ses premières années à garder comme berger des moutons, des vaches et des porcs. Il doit quitter toutefois son foyer familial à … ans pour Dax où son père l’inscrit au Collège des Cordeliers, tenu par les franciscains. Son père espère ainsi le préparer à obtenir quelques « bon bénéfices » grâce auxquels il pourra compléter les revenus familiaux.

Vraisemblablement capturé en 1605 par des pirates en se rendant de Marseille à Narbonne, il s’évade de Tunis à l’issue de deux années d’emprisonnement, puis devient prêtre de paroisse et précepteur dans la famille de Gondi.

Curé de Clichy, puis de Châtillon-les-Dombes, (actuellement dans l’Ain) en 1617, il fonde, avec les dames aisées de la ville, les Dames de la Charité pour venir en aide aux pauvres. (‘devrait r’venir pour s’occuper de moi!!!)

N’oubliez pas le guide…Merci!