La parenthèse


Comme elle m’a marqué cette parenthèse hier soir! Mais avant de l’avoir vue, ma réflexion avait déjà fait son oeuvre et je suis heureux de constater que je ne me suis pas lancé dans l’erreur. Vingt deux ans de différence ont fait la différence. Il faut croire que je plais aux jeunes femmes, curieux non? Une anomalie dont il faut se méfier. Après avoir discuté, et j’aime ça, la raison a pris le dessus et la compréhension à suivi, l’un comme l’autre avions besoin peut être de nous rassurer et puis, le sujet de conversation portait trop sur les absents, ceux qui nous font mal mais qu’on ne peut oublier. En tout cas cela n’aurait pas été la solution à notre profonde mélancolie, cela ne nous aurait mené à rien, à part ajouter un mal à l’aise qu’il aurait été difficile d’oublier et de sentir comme une tromperie, d’abord de nous-même et aussi envers nos véritables sentiments. Comme quoi ces personnes sont dignes d’intérêt, dommage qu’elles ne savent s’en persuader!!!

Certes, cette pensée par le biais de cet exutoire me fait du bien, me fait croire plus fort encore que le destin si fort qu’il soit ne doit pas être pris à la légère.

Conclusion, je suis là avec ma conviction même pas ébréchée et mon esprit serein car pas de faute accomplie. Soupir, je me sens bien et sans nul doute mieux que si le mauvais sort nous avait emportés.

Il n’y aura pas d’autres commentaires sur le sujet, il est clos et bien clos…

Bien, je vais me préparer à présent car je suis personnellement invité par les grandes filles d’un ami pour le repas de midi, et ça, c’est cool….!

Bisous à vous tous