A toi la Nounou,


Destiné à toi la Nounou dévouée, toute de blanc vêtue,

Tu ressembles à une chantilly, pour les regards gourmands,

Mais jamais tous ces petits enfants tu ne perds de vue,

Car tu es leur lumière le temps où loin sont leurs parents,

Tu ne t’écartes point de cette ribambelle qui parfois te tue,

Tant il faut ouvrir l’oeil pour prévenir tout débordement,

Tu les surveilles, soignes, amuses pour qu’ils ne sentent plus,

Qu’ils sont là pour un temps, confiés, sans leurs mamans,

Car tu les remplaces et tu aimes ces enfants sans retenue,

Trop dur pour le gourmand qui attend un dessert blanc,

Eh oui, c’est bien toi la Nounou dévouée toute de blanc vêtue.

JR